Côte d'Ivoire: visites de ministres français menacés par les djihadistes

Jean-Marc Ayrault... (PHOTO JOHN THYS, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Jean-Marc Ayrault

PHOTO JOHN THYS, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrick FORT, Christophe KOFFI
Agence France-Presse
Abidjan

Les ministres français des Affaires étrangères et de l'Intérieur, Jean-Marc Ayrault et Bernard Cazeneuve, sont arrivés mardi à Abidjan pour témoigner de la solidarité de Paris avec la Côte d'Ivoire dans la lutte contre les djihadistes, au surlendemain de l'attentat qui a fait 18 morts dans une station balnéaire proche de la capitale.

«Nous devons renforcer notre coopération pour que les terroristes n'aient aucune chance», a brièvement affirmé le chef de la diplomatie française à son arrivée.

MM. Ayrault et Cazeneuve devaient rencontrer le président ivoirien Alassane Ouattara et les ministres chargés de la sécurité, Alain-Richard Donwahi (Défense) et Hamed Bakayoko (Intérieur), se rendre au chevet des blessés et rencontrer des membres de la communauté française, avant d'aller se recueillir à Grand-Bassam sur les lieux de l'attentat.

Le président français François Hollande avait promis dimanche «d'intensifier la coopération» de Paris avec les pays visés par le terrorisme, assurant que la France apportait «son soutien logistique et de renseignement à la Côte d'Ivoire pour retrouver les agresseurs».

Les deux ministres seront suivis à Abidjan par deux chefs d'État de la sous-région, les présidents béninois Thomas Boni Yayi et togolais Faure Gnassingbé, qui doivent eux aussi témoigner de la solidarité régionale.

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui avait déjà revendiqué l'attaque dimanche, a annoncé dans un nouveau communiqué diffusé dans la nuit de lundi à mardi que celle-ci était une réponse à l'opération Barkhane menée par la France contre les groupes djihadistes au Sahel.

L'organisation djihadiste affirme dans sa revendication qu'elle a visé, et visera encore, la France «et ses intérêts dans les pays participants dans les opérations Serval et Barkhane», selon SITE, le centre de surveillance des sites internet islamistes.

Barkhane, qui a succédé en août 2014 à l'opération Serval lancée en janvier 2013 pour contrer l'avancée des jihadistes dans le nord du Mali, mobilise quelque 3.500 militaires dans cinq pays de la «bande saharo-sahélienne»: Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina Faso.

Le ratissage continue

Aqmi explique que l'attaque de dimanche fait partie «d'un plan visant les foyers des Croisés et leurs lieux de rassemblement». Quatre Français font partie des 18 personnes tuées dimanche à Grand-Bassam, une zone touristique prisée par les expatriés. L'organisation a déjà revendiqué les attentats de Bamako (20 morts, dont 14 étrangers, le 20 novembre 2015) et Ouagadougou (20 morts le 15 janvier), qui avaient visé des lieux fréquentés par les étrangers.

Aqmi menace également directement la Côte d'Ivoire «et tous (les États) impliqués et participant à l'alliance avec la France» dans ces opérations anti-djihadistes. Abidjan a aussi été visé pour avoir livré quatre membres d'Aqmi aux autorités maliennes, selon le communiqué.

La Côte d'Ivoire est un allié historique de la France en Afrique de l'Ouest. Abidjan participe à la force de l'ONU déployée au Mali (Minusma) et près de 600 militaires français sont stationnés dans quatre bases dans les environs d'Abidjan. Une grosse partie de ces troupes sont chargées des opérations de logistique  pour Barkhane.

Sur le terrain, l'enquête et le ratissage continuent, a-t-on appris de source sécuritaire. Des militaires et des policiers ont pris place à des endroits stratégiques de la capitale et du pays. Les enquêteurs recherchent d'éventuels complices en attendant d'en savoir plus sur l'identité exacte des assaillants au nombre de trois, de source officielle et selon le message de revendication d'Aqmi, alors que plusieurs témoins ont évoqué quatre ou cinq djihadistes.

Le pays vivait mardi son deuxième jour de deuil national, mais l'activité était normale et les écoles ainsi que les commerces étaient ouverts dans la capitale, bloquée par des embouteillages habituels.

Lundi soir, dans une allocution télévisée, le président Ouattara avait condamné une nouvelle fois ces «attaques barbares, odieuses et lâches sur des personnes innocentes», assurant que la Côte d'Ivoire ne se laisserait pas «intimider».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer