Afrique australe: la sécheresse affame 14 millions de personnes

Du bétail s'abreuve à un point d'eau presque... (PHOTO ROGAN WARD, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Du bétail s'abreuve à un point d'eau presque asséché, près de Nongoma, en Afrique du Sud.

PHOTO ROGAN WARD, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La pluie ne vient pas, en Afrique australe. Pour la deuxième année de suite. La sécheresse, envenimée par le phénomène El Niño, empêche déjà 14 millions de personnes de manger à leur faim, un nombre appelé à augmenter de façon importante, selon les Nations unies qui parlent de «perspectives alarmantes». Voyez l'impact de la sécheresse en photos.

Une femme tente de puiser de l'eau dans... (PHOTO ROGAN WARD, ARCHIVES REUTERS) - image 2.0

Agrandir

Une femme tente de puiser de l'eau dans le lit d'une rivière de Durban, en Afrique du Sud, le 20 janvier. 

PHOTO ROGAN WARD, ARCHIVES REUTERS

Pire sécheresse en 50 ans

Une femme tente de récupérer de l'eau dans un puits de fortune qu'elle a creusé dans le lit de la rivière Black Imfolozi, complètement asséchée, au nord-est de Durban, en Afrique du Sud. Pretoria a indiqué que cette sécheresse est la pire que le pays ait connue en un demi-siècle. « Dans plusieurs des pays à risque de sécheresse, la majorité de la population vit en zone rurale ou dépend directement de la terre pour subvenir à ses besoins », indique Daniel Tsegai, responsable des questions liées aux sécheresses à la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification, joint par La Presse en Allemagne. « La faim, la famine et les morts vont s'accentuer si aucune action immédiate n'est prise », ajoute-t-il.

Des villageois venaient chercher lundi leur ration alimentaire... (PHOTO PHILIMON BULAWAYO, ARCHIVES REUTERS) - image 3.0

Agrandir

Des villageois venaient chercher lundi leur ration alimentaire mensuelle, à Masvingo.

PHOTO PHILIMON BULAWAYO, ARCHIVES REUTERS

Aide alimentaire

Des villageois venaient chercher lundi leur ration alimentaire mensuelle, à Masvingo, dans l'est du Zimbabwe. Du Mozambique à l'Afrique du Sud, en passant par le Malawi, le Lesotho - où l'état d'urgence a été décrété en raison de la sécheresse - , l'Angola, le Swaziland, le Zimbabwe, la Zambie et Madagascar, le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM) estime que 14 millions de personnes souffrent de la faim à la suite des mauvaises récoltes de l'an dernier. Si El Niño accentue la sécheresse cette année, le phénomène n'est pas nouveau en Afrique, où les gens font face au double problème de la dégradation des terres et des changements climatiques, explique Daniel Tsegai. Pire, dit-il, « toutes les prévisions scientifiques indiquent que les sécheresses seront généralement plus longues, plus importantes et plus fréquentes ».

Des agriculteurs zimbabwéens s'affairaient aux champs, hier, dans... (PHOTO PHILIMON BULAWAYO, REUTERS) - image 4.0

Agrandir

Des agriculteurs zimbabwéens s'affairaient aux champs, hier, dans la région de Mvuma.

PHOTO PHILIMON BULAWAYO, REUTERS

Récoltes

Des agriculteurs zimbabwéens s'affairaient aux champs, hier, dans la région de Mvuma, où la pire sécheresse en un quart de siècle leur a déjà fait perdre une partie de leur bétail et de leurs cultures de maïs. La situation est similaire en Zambie voisine, où « j'ai vu des champs de culture gravement affectés par le manque d'eau et rencontré des agriculteurs ayant des difficultés à faire face à la deuxième saison de pluies irrégulières », affirmait la semaine dernière dans un communiqué la directrice générale du PAM, Ertharin Cousin, au terme d'un séjour en Afrique australe. « La Zambie est l'un des plus grands greniers de la région et ce qui se passe là-bas est une source sérieuse d'inquiétude [...] pour tous les pays de la région. »

Les récoltes s'annoncent catastrophiques au Zimbabwe, où 10 %... (PHOTO PHILIMON BULAWAYO, ARCHIVES REUTERS) - image 5.0

Agrandir

Les récoltes s'annoncent catastrophiques au Zimbabwe, où 10 % de la population souffre de la faim.  

PHOTO PHILIMON BULAWAYO, ARCHIVES REUTERS

Prix

Un agriculteur zimbabwéen montre un épi de maïs rabougri, qui a poussé tant bien que mal sur sa terre, en périphérie de la capitale, Harare. Au Zimbabwe, où les récoltes de l'an dernier ont été réduites de moitié par rapport à l'année précédente et où les récoltes de cette année s'annoncent tout aussi catastrophiques, 1 million et demi de personnes, soit 10 % de la population, souffrent de la faim. Partout en Afrique australe, la baisse de la production a provoqué une explosion du prix des denrées alimentaires. Le prix du maïs, un aliment de base, a bondi de 73 % par rapport à la moyenne des trois dernières années.

Des enfants pompent de l'eau, dans le village... (PHOTO ROGAN WARD, ARCHIVES REUTERS) - image 6.0

Agrandir

Des enfants pompent de l'eau, dans le village de Masotsheni.

PHOTO ROGAN WARD, ARCHIVES REUTERS

Enfants

Des enfants pompent de l'eau à la seule source qui n'est pas encore tarie, dans le village de Masotsheni, au nord de Durban, en Afrique du Sud. Dans d'autres villages, certains doivent parfois marcher de longues distances pour aller chercher de l'eau à la source la plus proche. Le PAM rappelle que la malnutrition chronique a un impact majeur sur la santé des enfants, en affectant leur croissance physique, leur développement cognitif, leur productivité et hypothéquant leur développement futur. À Madagascar, au Malawi et en Zambie, par exemple, les niveaux de retard de croissance chez les enfants sont parmi les plus élevés au monde.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer