Attentat au Burkina Faso: six Québécois ont été tués

Ces Québécois, dont l'identité n'a pas été dévoilée,... (Agence France-Presse)

Agrandir

Ces Québécois, dont l'identité n'a pas été dévoilée, comptent parmi les 29 victimes du raid djihadiste contre un hôtel et d'un restaurant de la capitale du Burkina Faso, en Afrique de l'Ouest.

Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Six travailleurs humanitaires québécois de la région de Québec ont été tués dans l'attaque terroriste perpétrée au Burkina Faso vendredi, selon des informations obtenues par La Presse. En tout, 29 personnes, dont une large majorité d'étrangers, sont mortes dans le raid djihadiste mené contre un hôtel et un restaurant très fréquentés par les Occidentaux dans la capitale Ouagadougou.

Le gouvernement du Québec a été prévenu hier après-midi et a entrepris des recherches pour retrouver l'association qui parrainait les victimes. Les familles ont été informées, mais l'identité des victimes n'a pas été dévoilée.

Les autorités canadiennes n'excluent pas la possibilité que d'autres Canadiens aient été tués durant l'attentat, a appris La Presse. Des corps n'ont pas encore été identifiés et des employés de l'ambassade du Canada à Ouagadougou travaillent étroitement avec les autorités du Burkino Faso afin de déterminer si d'autres Canadiens auraient pu succomber aux tirs des terroristes.

Québec a condamné vigoureusement l'attentat et a offert ses condoléances aux familles et aux proches des victimes, en souhaitant un prompt rétablissement aux personnes blessées. « Ces gestes odieux nous rappellent qu'il ne faut jamais faire de compromis sur nos valeurs de liberté, de démocratie et de tolérance. Pour eux, et tous les autres, nous avons le devoir de continuer à les défendre », a déclaré le premier ministre Philippe Couillard, exprimant la solidarité du gouvernement avec le peuple burkinabè et ses dirigeants.

Trudeau condamne l'attentat

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau a condamné « au plus haut point » cet attentat terroriste. « Au nom de tous les Canadiens, nous offrons nos plus profondes condoléances aux familles, aux amis et aux collègues de toutes les personnes tuées, ainsi qu'un prompt rétablissement à toutes celles qui ont été blessées. Nous sommes profondément attristés par ces gestes insensés de violence contre des civils innocents. [...] Nous avons offert aux autorités burkinabè de les assister au cours de l'enquête sur ce crime terrible », a déclaré M. Trudeau, dans un communiqué.

Le chef de la diplomatie canadienne Stéphane Dion et la ministre du Développement international et de la Francophonie Marie-Claude Bibeau ont également déploré la mort de travailleurs humanitaires et de bénévoles canadiens. « Travaillant dans des situations difficiles et dangereuses, ils déploient des efforts pour établir des liens durables entre les peuples et bâtir un monde meilleur, et jamais on ne pourra mettre fin à ces efforts », ont-ils déclaré dans un communiqué.

Rona Ambrose, chef par intérim du Parti conservateur du Canada, a exprimé ses condoléances aux familles des victimes de l'attentat. « Il ne fait aucun doute que le Canada et les Canadiens sont à risque face à cette menace mondiale envers nos valeurs et notre mode de vie. Alors que nous offrons nos sincères condoléances aux familles, nous devons aussi avoir l'assurance que le gouvernement du Canada met tout en oeuvre pour protéger nos citoyens, au pays et à l'étranger, contre la menace du terrorisme. »

Les trois auteurs de l'attentat ont d'abord ouvert le feu en début de soirée sur les clients et les employés du café-restaurant Cappuccino, situé au coeur de la capitale. Après avoir mis feu à l'établissement, ils ont ensuite pris d'assaut le luxueux hôtel Splendid, tout près de là, pour poursuivre le carnage.

« C'est horrible, les gens étaient couchés et il y avait du sang partout. Ils tiraient sur les gens à bout portant », a raconté à l'AFP Yannick Sawadogo, l'un des rescapés de l'hôtel. « On les entendait parler et ils marchaient autour des gens et tiraient encore sur des personnes qui n'étaient pas mortes. Et quand ils sont sortis, ils ont mis le feu. On a profité de leur départ pour sortir par les fenêtres brisées », a-t-il ajouté.

Ce n'est qu'au début de la nuit, vers 2 h, que les forces de l'ordre burkinabè, soutenues par des soldats français, ont mené un premier assaut sur l'hôtel. Cette action ne s'est pas avérée suffisante, puisque les combats se sont poursuivis jusqu'à l'aube entre les forces policières et les trois djihadistes barricadés. Ces derniers ont finalement été abattus au petit matin.

Le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré a décrété trois jours de deuil national, samedi.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer