Soudan du Sud: au moins 186 morts dans l'explosion d'un camion-citerne

Le drapeau sud-soudanais.... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le drapeau sud-soudanais.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
JUBA

Au moins 186 personnes ont péri dans l'explosion au Soudan du Sud d'un camion-citerne accidenté dont elles tentaient de récupérer la cargaison de carburant, selon un nouveau bilan fourni vendredi par le gouvernement.

Un premier bilan dressé jeudi faisait état de 85 morts et de plus de 100 blessés dans l'accident qui s'est produit mercredi à Maridi, une localité située à environ 300 km à l'ouest de la capitale Juba. De nombreuses victimes ayant finalement succombé à leurs blessures, le bilan avait ensuite été porté à au moins 150 morts, voire 176 morts, par des responsables locaux.

«Selon les rapports que nous recevons, le bilan est de 186 morts. Le nombre de blessés est encore plus important. Nous n'avons pas été en mesure jusqu'à présent de certifier un chiffre», a finalement déclaré vendredi à la presse le ministre sud-soudanais de l'Information, Michael Makuei.

«C'est une situation très malheureuse», a-t-il déploré, ajoutant que le président Salva Kiir avait décrété trois jours de deuil national.

«Tous les drapeaux seront mis en berne dès aujourd'hui», a-t-il assuré, précisant que «le président et le gouvernement présentaient leurs sincères condoléances aux familles des victimes».

Selon le responsable local, John Saki, qui s'est exprimé auprès du site d'information sud-soudanais Gurtong un millier de personnes, dont beaucoup venant d'une école voisine, s'étaient rassemblées autour du camion accidenté au bord de la chaussée avant qu'il n'explose.

Des médecins ont raconté comment ils tentaient de soigner les blessés avec peu de moyens, manquant notamment d'analgésiques, tandis que des proches des blessés ont rapporté des scènes terribles à l'hôpital.

«Certains ont les jambes brûlées, d'autres les mains, ou tout le corps, le dos. On dirait des Blancs», a raconté un témoin sur la radio Tamazuj.

«Beaucoup de gens sont en train de mourir», a ajouté un autre témoin qui a expliqué que l'hôpital manquait cruellement de médicaments.



Les fuites sur des oléoducs ou les accidents de camions-citernes en Afrique attirent souvent d'importantes foules qui cherchent à remplir des bidons de carburant. Les explosions ne sont alors pas rares et font souvent de très nombreuses victimes.

En juillet 2010, en République démocratique du Congo (RDC), 292 personnes avaient péri dans l'explosion d'un camion-citerne accidenté.

En décembre 2006, 284 personnes étaient mortes au Nigeria dans l'explosion d'un oléoduc vandalisé à Lagos, six mois après l'explosion d'un autre oléoduc qui avait tué entre 150 et 200 personnes.

Plus jeune nation du monde née sur les décombres de décennies de guerre de sécession contre Khartoum, le Soudan du Sud est aussi l'une des moins développées.

Indépendant depuis juillet 2011, le pays a replongé depuis décembre 2013 dans une guerre civile, qui a provoqué une grave crise économique - marquée par une grave inflation notamment des prix des denrées de base - et humanitaire, avec plus de 2,2 millions de personnes chassées de chez elles par les combats et les atrocités contre les civils qui les accompagnent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer