Rougeole: 320 morts et 20 000 contaminés en RDC depuis janvier

«La situation ne fait qu'empirer», déplore Ocha, d'autant... (PHOTO PAPY MULONGO, AFP)

Agrandir

«La situation ne fait qu'empirer», déplore Ocha, d'autant que certaines zones frappées sont aussi touchées par la malnutrition et le choléra.

PHOTO PAPY MULONGO, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
KINSHASA

Une épidémie de rougeole a fait près de 320 morts et contaminé plus de 20 000 personnes depuis janvier dans la province du Katanga, au sud-est de la République démocratique du Congo, indique un communiqué des Nations unies.

«Le bilan est lourd et inquiétant: depuis le 1er janvier 2015, plus de 20 000 cas de rougeole ont été enregistrés dans la seule province du Katanga» et «près de 320 personnes en sont mortes», indique le Bureau de l'ONU pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha).

«Des dizaines d'autres pourraient avoir succombé à la maladie, mais ceux-ci ne figurent pas dans les registres officiels», ajoute-t-il.

L'épidémie qui sévit au Katanga a commencé en mars et est la pire enregistrée depuis 2011, selon Médecins sans Frontières (MSF), en première ligne pour la vaccination dans les zones reculées de la RDC. En 2011, MSF a immunisé environ 1,5 million d'enfants congolais.

En 2013, le Katanga avait recensé près de 9400 cas de rougeole, contre plus de 12 000 l'année suivante.

«La situation ne fait qu'empirer», déplore Ocha, d'autant que certaines zones frappées sont aussi touchées par la malnutrition et le choléra. Or, «chez les populations fortement touchées par la malnutrition et qui ne bénéficient pas de soins de santé adéquats, jusqu'à 10% des cas de rougeole sont mortels», indique le site de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

«La plupart de ces décès sont dus aux complications de la maladie», comme les encéphalites, les diarrhées sévères ou encore les infections respiratoires graves comme la pneumonie, précise l'OMS.

Actuellement, environ un tiers des zones concernées au Katanga est couvert par un programme de vaccination. L'ONU et les ONG évaluent son coût à 2,4 millions de dollars (2,15 millions d'euros).

Mais pour venir à bout d'une maladie à «caractère endémique», les obstacles sont nombreux. Ocha cite notamment l'insécurité provoquée par des groupes armés, l'enclavement de certaines régions qui empêche une bonne conservation des vaccins, ou encore le refus des parents de toute vaccination pour des raisons religieuses ou culturelles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer