Centrafrique: l'ONU ouvre une enquête après des accusations de viol et d'homicides

Au moins cinq personnes, dont un Casque bleu... (Photo PACOME PABANDJI, archives AFP)

Agrandir

Au moins cinq personnes, dont un Casque bleu camerounais de la Minusca, avaient été tuées et des dizaines blessées pendant cette opération étalée sur deux jours les 2 et 3 août et qui visait à arrêter un ancien chef de l'ex-rébellion Séléka dans l'enclave musulmane du PK5 à Bangui.

Photo PACOME PABANDJI, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-Pierre CAMPAGNE
Agence France-Presse
LIBREVILLE

La Mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca) a ouvert une enquête sur des accusations communiquées mardi par Amnistie internationale sur le «viol d'une fillette» et «l'homicide d'un adolescent de 16 ans et de son père» qui auraient été commis par des Casques bleus au cours d'une opération armée dans Bangui début août.

«D'après les éléments dont nous disposons, tout porte à croire qu'un Casque bleu a violé une fillette et que d'autres ont tué deux civils de façon aveugle», affirme Amnistie internationale dans un communiqué publié mardi.

La Minusca, tout en «prenant très au sérieux» ces accusations, a déclaré ne «pas être au courant de ces faits». «Il nous faut des faits établis, vérifiables, nous avons ouvert une enquête», a déclaré à l'AFP depuis Bangui son porte-parole Hamadoun Touré.

«Aucune mauvaise conduite de cette nature ne peut être tolérée», a déclaré à New York, Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. «Ce n'est pas acceptable. Le secrétaire général prend cette situation très au sérieux».

Au moins cinq personnes, dont un Casque bleu camerounais de la Minusca, avaient été tuées et des dizaines blessés pendant cette opération qui s'est déroulée les 2 et 3 août, visant à arrêter un ancien chef de l'ex-rébellion Séléka dans l'enclave musulmane du PK5 à Bangui. La Séléka, à dominante musulmane, avait pris le pouvoir à Bangui en mars 2013, avant d'en être chassée l'année suivante, mais elle y a gardé des sympathisants, notamment dans le quartier du PK5.

«Il faut qu'une enquête indépendante soit menée de toute urgence par la justice civile et que les responsables présumés de ces crimes soient suspendus sans délai», a réclamé Amnesty International.

L'ONG a indiqué s'être «entretenue avec 15 témoins immédiatement après les faits, ainsi qu'avec la fillette concernée et des membres de sa famille».

Tirs de roquette et de grenades

«Pendant une perquisition effectuée dans une maison le 2 août vers 2 heures du matin, la fillette s'était cachée dans la salle de bains. Un homme portant, semble-t-il, un Casque bleu et un gilet des forces de maintien de la paix des Nations unies l'a emmenée à l'extérieur et violée derrière un camion», accuse le communiqué».

«Je me suis mise à pleurer, alors il m'a giflée fort et a mis la main sur ma bouche», a expliqué la fillette aux délégués d'Amnistie internationale.

Au sujet de l'homicide d'un père et de son fils, Amnistie internationale précise «que Balla Hadji, 61 ans, et son fils Souleimane Hadji, 16 ans, ont été atteints par des tirs devant leur maison». Un voisin ayant assisté à la scène à indiqué à Amnistie internationale «qu'ils les Casques bleus avaient tiré sur tout ce qui bougeait».

Le porte-parole de la Minusca a précisé que la mission a ouvert une enquête «sur toute l'opération» au PK 5, quartier difficile d'accès et ouvert au trafic d'armes. «Nous pratiquons une tolérance zéro en matière d'exploitation sexuelle», a-t-il dit.

Au sujet de l'accusation d'homicide, il a précisé que les Casques bleus avaient été accueillis dimanche vers 2 heures du matin «par des tirs de roquettes et de grenades. C'est difficile de savoir dans ces conditions qui est tué».

«Nous avons ouvert des investigations, nous ne prenons pas cela à la légère», a-t-il dit.

La justice française a ouvert une enquête au sujet de quatorze militaires français de l'opération Sangaris en Centrafrique, accusés de viols de six enfants, qui auraient été commis entre fin 2013 et début juin 2014.

L'opération française Sangaris a été lancée en décembre 2013 pour mettre un terme aux violences de la Séléka contre les civils. Mais si la capitale centrafricaine connait un certain retour au calme depuis des mois, Sangaris et la Minusca n'arrivent pas à stabiliser l'ensemble du pays dans lequel de nombreuses «zones grises» restent en proie aux groupes armés et au banditisme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer