Tunisie: huit suspects arrêtés en lien «direct» avec l'attentat

Les autorités ont procédé à l'«arrestation de huit... (PHOTO FETHI BELAID, AFP)

Agrandir

Les autorités ont procédé à l'«arrestation de huit éléments en relation directe avec l'exécution de l'opération (attentat), dont une femme», a affirmé le ministre chargé de la société civile, Kamel Jendoubi (au centre), lors d'une conférence de presse.

PHOTO FETHI BELAID, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
TUNIS

Huit personnes, dont une femme, «en relation directe avec l'exécution» de l'attentat qui a fait 38 morts la semaine dernière dans un hôtel en bord de mer en Tunisie, ont été arrêtées, a annoncé jeudi un ministre.

Les autorités ont procédé à l'«arrestation de huit éléments en relation directe avec l'exécution de l'opération (attentat), dont une femme», a affirmé le ministre chargé de la société civile, Kamel Jendoubi, lors d'une conférence de presse.

«Tout le réseau derrière l'opération a été découvert», a-t-il ajouté, sans préciser s'il parlait des huit personnes arrêtées ou si d'autres suspects avaient été identifiés sans être arrêtés.

M. Jendoubi s'exprimait lors de la première conférence de presse sur l'enquête concernant cet attentat djihadiste perpétré selon les autorités par un étudiant de 23 ans, le plus sanglant de l'histoire de la Tunisie, revendiqué par le groupe armé État islamique (EI).

Selon de précédentes informations des autorités tunisiennes, l'auteur de l'attentat, identifié comme Seifeddine Rezgui, s'était formé au maniement des armes dans un camp en Libye, pays livré au chaos et séparé de la Tunisie par une frontière poreuse.

Selon les autorités, il est possible qu'il y ait rencontré les deux auteurs de l'attentat contre le musée du Bardo à Tunis, qui avait fait 22 morts (21 touristes et un policier tunisien) le 18 mars.

L'attaque du Bardo, qui avait profondément choqué la Tunisie, en proie à une progression de la mouvance djihadiste depuis la révolution de 2011 qui a chassé le dictateur Ben Ali, avait déjà été revendiquée par l'EI.

«Dans le cadre de la coopération sécuritaire entre la Tunisie et la Grande-Bretagne, dix enquêteurs britanniques enquêtent sur l'attentat» en Tunisie, a encore dit le ministre.

Avec 30 morts parmi les 38 victimes, la Grande-Bretagne paye le plus lourd tribut dans cet attentat. Une partie des dépouilles a quitté la Tunisie mercredi, d'autres devraient être rapatriées dans la semaine.

En outre, pour protéger les sites touristiques, «il y a eu le déploiement de 1377 agents sécuritaires armés supplémentaires dans les établissements hôteliers et sur les plages», a ajouté M. Jendoubi.

Juste après l'attaque, le gouvernement avait annoncé que la police touristique serait armée - une première selon les autorités - et renforcée d'un millier d'agents supplémentaires.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer