Un bénévole américain jugé pour agressions d'enfants dans un orphelinat au Kenya

L'avocat de l'accusé Matthew Lane Durham, Stephen Jones.... (Photo Sue Ogrocki, archives AP)

Agrandir

L'avocat de l'accusé Matthew Lane Durham, Stephen Jones.

Photo Sue Ogrocki, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Tim Talley
Associated Press
OKLAHOMA CITY

Six enfants kényans témoigneront cette semaine à huis clos devant une cour fédérale à Oklahoma City, aux États-Unis, au procès d'un travailleur humanitaire originaire de cet État. Matthew Lane Durham est accusé d'avoir agressé sexuellement les orphelins alors qu'il faisait du bénévolat à leur orphelinat de Nairobi.

Le jeune homme de 20 ans, originaire d'Edmond, fait face à 17 chefs d'accusations d'inconduite sexuelle, entre autres pour sévices sexuels graves et pour avoir eu des relations sexuelles illicites à l'étranger. Il risque la prison à perpétuité et a plaidé non coupable à toutes les accusations.

La sélection du jury commence mardi, mais le juge a déjà ordonné que les témoignages des six enfants kényans se déroulent à huis clos. Le reste du procès sera ouvert au public et aux médias. L'avocat de la défense ne s'est pas opposé au huis clos.

En plus des enfants, qui témoigneront avec l'aide d'un interprète, les procureurs entendent présenter 39 témoins, dont dix missionnaires.

Les faits reprochés à Matthew Lane Durham se seraient déroulés à partir de 2012 à l'Upendo Children Home de Nairobi. Cet orphelinat fournit du logement, de la nourriture, des vêtements et de l'éducation scolaire et religieuse à des enfants de la capitale du Kenya.

La semaine dernière, le bureau du procureur a affirmé qu'il allait fournir des preuves d'appels téléphoniques entre M. Durham, qui est détenu depuis sa mise en accusation au mois d'août, et ses parents. Selon les documents de la cour, M. Durham aurait discuté avec sa famille de son intention de remplir la salle d'audience de partisans.

Selon l'avocat de la défense Stephen Jones, cette affirmation est «incendiaire et excessive» et les accusations, non fondées. Son client témoignera pour sa propre défense au cours de ce procès, qui devrait durer une semaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer