Sinaï: des attaques de la branche égyptienne de l'EI font 32 morts

Des soldtas égyptiens montenta la garde à un... (PHOTO MOSTAFA ABULEZZ, ARCHIVES AFP)

Agrandir

Des soldtas égyptiens montenta la garde à un point de contrôle, dans le nord-Sinaï, en 2012.

PHOTO MOSTAFA ABULEZZ, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LE CAIRE

Au moins 32 personnes, dont 15 soldats et deux civils, ont été tuées jeudi dans cinq attaques simultanées contre l'armée dans le nord du Sinaï égyptien, où l'armée combat une branche locale du groupe armé État islamique (EI), selon la police.

Des «terroristes» ont attaqué à l'arme automatique et au lance-roquettes cinq postes de contrôle routier tenus par des soldats, ont indiqué à l'AFP des responsables locaux de la police. Les autorités utilisent le terme de «terroristes» pour désigner les insurgés djihadistes.

Les attaques ont eu lieu au sud de Cheikh Zuwaïd, à environ 15 km à l'est d'Al-Arich, le chef-lieu de la province du Nord-Sinaï.

Au moins deux civils, 15 soldats et 15 assaillants ont été tués dans les échanges de tirs qui ont suivi les attaques, selon la police. Au moins 17 militaires et six civils ont également été blessés. Ces bilans établis par les forces de l'ordre ne peuvent pas être vérifiés de source indépendante.

Par ailleurs, trois civils ont été blessés par l'explosion d'un obus de mortier qui a touché leur maison dans la banlieue est d'Al-Arich, selon la police qui n'a pas précisé l'origine de ce tir.

Les djihadistes du groupe égyptien Ansar Beït al-Maqdess, qui a récemment fait allégeance à l'EI en se rebaptisant Province du Sinaï (de l'EI, NDLR), multiplient les attaques audacieuses et meurtrières contre l'armée et la police dans le nord de cette péninsule frontalière avec Israël et le territoire palestinien de la bande de Gaza.

Outre sa volonté affirmée d'établir dans le Sinaï une «province» du «califat» proclamé par l'EI en Irak et en Syrie, Ansar Beït al-Maqdess - fondé en 2011 d'abord pour attaquer le territoire d'Israël voisin - assure s'en prendre aux forces de sécurité égyptiennes en représailles à la sanglante répression qui s'est abattue sur les partisans du président islamiste Mohamed Morsi après sa destitution par l'armée en juillet 2013.

Selon le pouvoir du président Abdel Fattah al-Sissi, l'ex-chef de l'armée tombeur de M. Morsi, plus de 500 policiers et soldats ont été tués dans des attentats et attaques essentiellement dans le nord-Sinaï depuis 2013.

Dans le même temps, soldats et policiers ont tué plus de 1400 manifestants pro-Morsi - essentiellement au Caire - et emprisonné plus de 15 000 partisans du premier président élu démocratiquement en Égypte. Des centaines ont été condamnés à mort dans des procès de masse et qualifiés par l'ONU de «sans précédent dans l'Histoire récente» du monde.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer