Une Égyptienne honorée pour s'être habillée en homme afin de travailler

Dimanche, au lendemain de la fête des Mères... (PHOTO AFP)

Agrandir

Dimanche, au lendemain de la fête des Mères extrêmement populaire en Égypte, elle a reçu la médaille de «Mère travailleuse exemplaire» des mains du président Abdel Fattah al-Sissi dans son palais du Caire. Dans sa tenue d'homme, elle a aussi reçu du chef de l'État 50 000 livres égyptiennes, soit environ 8000 $, une somme considérable dans un pays où les plus pauvres gagnent à peine quelques centaines de livres par mois.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
LE CAIRE

Une femme affirmant s'être fait passer pour un homme depuis la mort de son époux il y a 43 ans afin de pouvoir travailler et faire vivre sa famille, a été récompensée par le président en Égypte à l'occasion de la fête des Mères.

«J'avais coupé mes cheveux», raconte par téléphone à l'AFP Sisa Abou Daooh, 65 ans, depuis son village près de Louxor, dans le sud rural et pauvre de l'Égypte.

«J'ai commencé à porter la galabeya (longue tunique traditionnelle portée par certains Égyptiens), un turban et des chaussures d'homme pour chercher du travail, c'était dur de trouver pour une femme», explique-t-elle d'une voix presque masculine.

Veuve avec une fille à charge, elle indique avoir ainsi pu travailler, d'abord à la confection de briques, puis aux champs. Quand sa santé a commencé à décliner, elle a ciré des chaussures dans la rue.

Dimanche, au lendemain de la fête des Mères extrêmement populaire en Égypte, elle a reçu la médaille de «Mère travailleuse exemplaire» des mains du président Abdel Fattah al-Sissi dans son palais du Caire. Dans sa tenue d'homme, elle a aussi reçu du chef de l'État 50 000 livres égyptiennes, soit environ 8000 $, une somme considérable dans un pays où les plus pauvres gagnent à peine quelques centaines de livres par mois.

«C'était dur de se déguiser en homme, mais sans cela, ils m'auraient harcelée et empêchée de travailler, ou même attaquée», assure Sisa Abou Daooh, tout en jurant qu'elle va continuer à travailler dans les mêmes vêtements. «Jusqu'à ma mort!», lance-t-elle.

La Constitution proclame l'égalité de l'homme et de la femme, mais si dans les villes, les femmes peuvent accéder à peu près à tous les métiers, la réalité est toute autre dans les zones rurales. Et les ONG dénoncent régulièrement le poids prépondérant des hommes en politique et dans les postes à responsabilité dans l'entreprise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer