Sierra Leone: le vice-président a demandé l'asile aux É.-U.

Le vice-président sierra-léonais Samuel Sam Sumana, à droite... (Photo Michael Duff, Archives AP)

Agrandir

Le vice-président sierra-léonais Samuel Sam Sumana, à droite sur la photo.

Photo Michael Duff, Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
FREETOWN

Le vice-président sierra-léonais Samuel Sam Sumana a demandé l'asile à l'ambassade américaine à Freetown, selon la BBC, et s'est «mis à l'abri» dans un endroit sécurisé en attendant la réponse, d'après un membre de son entourage samedi.

Selon la BBC qui affirme lui avoir parlé, M. Sumana et son épouse se sont enfuis de leur résidence à Freetown et ont demandé l'asile politique à l'ambassade des États-Unis. Le lieu actuel où se trouve le couple n'est pas clair, précise la BBC.

Un membre de son entourage, interrogé par l'AFP, a confirmé la demande d'asile du couple Sumana, et indiqué qu'il se trouvait dans un endroit sécurisé.

M. Sumana «est maintenant en clandestinité (dans un endroit sûr) dans l'attente d'une réponse à une demande d'asile qu'il a faite par téléphone auprès de l'ambassade des Etats pour sa femme et lui», a affirmé cette source s'exprimant sous couvert d'anonymat.

M. Sumana lui-même n'a pu être joint par l'AFP. Sollicitée par l'AFP, l'ambassade américaine à Freetown a décliné tout commentaire.

Le domicile de M. Sumana, situé dans le quartier de Regent, dans l'ouest de Freetown, était placé samedi sous surveillance militaire, selon un journaliste de l'AFP, qui a été empêché d'approcher des lieux.

Une douzaine de militaires avaient dressé des points de contrôle dans la zone et renvoyaient les civils tentant de se rendre chez M. Sumana.

Une habitante de la zone a expliqué avoir été réveillée samedi «par des bruits de véhicules» et avoir ensuite vu de sa fenêtre «des dizaines de soldats» qui ont désarmé les membres de la garde de M. Sumana.

«Certains officiers se sont ensuite rendus dans la maison, mais après environ une heure ou plus de recherche, ils en sont partis avec des paquets de documents», a-t-elle témoigné sous couvert d'anonymat.

«Un autre camion de soldats lourdement armés est alors venu monter la garde autour de la maison», où ils demeuraient présents samedi après-midi, a-t-elle poursuivi.

Joint par l'AFP, un porte-parole adjoint du gouvernement, Abdulay Bayratay, a indiqué à l'AFP que «le vice-président ne fait l'objet d'aucune menace», et a assuré que M. Sumana était chez lui.

«Il est chez lui, et les informations (faisant état de l'inverse) ne sont pas vraies», a déclaré M. Bayraytay.

Selon une source officielle, le président Koroma était absent de Freetown samedi, effectuant une tournée à Magburaka, dans le nord du pays.

Samuel Sam Sumana a été exclu le 6 mars du Congrès de tout le peuple (APC, au pouvoir), qui lui a reproché des «mensonges» et l'a accusé de chercher à créer un parti dissident. Il a réfuté les accusations contre lui.

Ces développements étaient intervenus quelques jours après que M. Sumana s'était de lui-même placé en quarantaine, le 28 février, en raison de la mort d'un de ses gardes du corps, décédé d'Ebola.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer