Zimbabwe: Mugabe souffle ses 91 bougies

L'homme qui affirme qu'il va vivre jusqu'à 100... (PHOTO ALEXANDER JOE, ARCHIVES AFP)

Agrandir

L'homme qui affirme qu'il va vivre jusqu'à 100 ans a, jusqu'à présent, fait mentir toutes les rumeurs sur son état de santé - alors qu'on l'a décrit à maintes reprises au seuil de la mort, lui prêtant notamment un cancer - ou une éventuelle volonté de passer la main.

PHOTO ALEXANDER JOE, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
HARARE

L'inoxydable président zimbabwéen Robert Mugabe, au pouvoir depuis 1980, fête samedi ses 91 ans, faisant fi d'une nouvelle polémique sur le coût des festivités organisées la semaine prochaine aux célèbres chutes Victoria.

L'homme qui affirme qu'il va vivre jusqu'à 100 ans a, jusqu'à présent, fait mentir toutes les rumeurs sur son état de santé - alors qu'on l'a décrit à maintes reprises au seuil de la mort, lui prêtant notamment un cancer - ou une éventuelle volonté de passer la main.

La Constitution zimbabwéenne lui permet théoriquement de rester au pouvoir jusqu'à 99 ans. 

«Je ne sais pas comment j'ai vécu aussi longtemps. C'est la volonté de Dieu», dit ce catholique pratiquant, le plus vieux chef d'État africain, qui tient son pays d'une main de fer et a été régulièrement réélu lors de scrutins entachés de violence ou de fraudes.

Pour ses 91 ans, le Zimbabwe lui offrira de nouveau une fête grandiose, le 28 février, une semaine après son anniversaire officiel, au grand dam de l'opposition.

«Tout l'argent collecté pour ce rassemblement obscène devrait être immédiatement donné pour la réhabilitation des hôpitaux publics en ruine, des cliniques et des écoles rurales dans la province du Matabeleland du Nord», a fulminé Obert Gutu, porte-parole du Mouvement pour le changement démocratique (MDC).

M. Gutu a aussi suggéré que les mets du festin d'anniversaire prévus pour les invités aillent aux orphelinats et aux organismes de charité de la région. Deux éléphants, deux buffles, cinq impalas et deux antilopes hippotragues noires sont au menu du repas de fête.

Auparavant, un concert géant sera donné à Harare la capitale en prélude aux festivités.

Aujourd'hui partiellement rejeté par la communauté internationale, considéré par ses opposants comme un dictateur, Mugabe a pourtant eu au départ un destin comparable à celui de Nelson Mandela dans l'Afrique du Sud voisine.

Sanglante réforme agraire

Les premières années du tout nouveau Zimbabwe, après l'indépendance en 1980 - furent pour lui la période faste des accolades et des poignées de mains avec les dirigeants du monde entier. On a alors encensé ses réussites - réelles -, ses programmes de construction d'écoles, d'établissements de santé et de nouveaux logements pour la majorité noire, auparavant marginalisée.

Mais déjà, l'Occident a préféré ne pas voir que les élections se déroulaient dans un climat d'intimidation. Et une brutale répression s'est abattue dès 1982 sur la province du Matabeleland (ouest), terre des Ndébélés acquise à son adversaire Joshua Nkomo. Le bilan des massacres est de 10 000 à 20 000 morts.

Robert Mugabe a su depuis faire taire toutes les oppositions, que ce soit par des purges au sein de la Zanu-PF, son propre parti, ou en s'arrangeant pour gagner toutes les élections.

Après une «réforme agraire» sanglante qui a chassé la plupart des fermiers blancs du pays, les campagnes électorales ont été particulièrement violentes en 2002 et 2008, si bien que les Occidentaux ont multiplié les sanctions contre lui et ses proches en politique.

Mais s'il est devenu infréquentable en Europe ou aux États-Unis, Mugabe est resté un héros pour la plupart des Africains. Ne serait-ce que parce qu'il a toujours osé vilipender les Occidentaux: ses tirades anti-impérialistes et ses provocations plaisent.

On le compare à Hitler, il s'en moque. On lui reproche sa législation homophobe, il dit des homosexuels qu'ils sont «pires que des chiens ou des cochons» - un discours qui ne choque pas forcément sur le continent.

Après avoir ruiné le Zimbabwe en menant une politique économique des plus hasardeuses, Robert Mugabe a cependant été réélu en 2013 pour un nouveau mandat de cinq ans. Ses adversaires, confortés par certains observateurs indépendants, assurent qu'il a triché, notamment en manipulant les listes électorales.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer