Burkina: plusieurs milliers de manifestants contre la garde présidentielle

La réunion, à l'appel de la société civile,...

Agrandir

La réunion, à l'appel de la société civile, a rassemblé moins de monde qu'espéré par les organisateurs.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
OUAGADOUGOU

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées samedi matin à Ouagadougou pour demander la dissolution de la garde présidentielle, qui a provoqué cette semaine une courte crise politique en réclamant la démission du premier ministre, a constaté l'AFP.

La réunion, à l'appel de la société civile, a rassemblé moins de monde qu'espéré par les organisateurs. Il s'est tenu sur la très symbolique place de la Révolution, l'un des principaux lieux de contestation à l'ex-président Blaise Compaoré, chassé du pouvoir par la rue fin octobre après 27 ans de règne.

«Ali Baba est parti, mais il reste les quarante voleurs», moquait une pancarte.

«Nous réclamons la dissolution du RSP (Régiment de sécurité présidentielle), une milice façonnée pour l'ancien régime» qui «n'a plus sa raison d'être», s'est écrié Luc-Marius Ibriga, l'une des figures de la société civile, qui avait refusé un poste de ministre dans le gouvernement intérimaire.

Démanteler cette structure signifie que «les éléments du RSP seront redéployés dans l'armée», a expliqué M. Ibriga, qui a ensuite lancé: «S'ils sont une élite, s'ils sont si efficaces, ils n'ont qu'à se préparer pour combattre Boko Haram. C'est plus important que de rester dans un camp derrière la présidence.»

Plutôt qu'une garde «présidentielle», il faut une garde «républicaine» pour «assurer la sécurité» de «toutes les institutions» du Burkina, a affirmé Guy Hervé Kam, porte-parole du Balai citoyen, un mouvement très actif dans la chute de Blaise Compaoré fin octobre.

Le Burkina, pays sahélien pauvre, est depuis lors conduit par des autorités dites de transition, que dirigent le président Michel Kafando et le premier ministre Isaac Zida, lieutenant-colonel et numéro 2 de la garde présidentielle (RSP).

Ce régime intérimaire prendra fin avec la tenue d'élections en octobre prochain.

Mercredi, le Conseil des ministres avait été suspendu du fait de soldats du RSP exigeant la démission du premier ministre Zida. Ce dernier avait publiquement demandé en décembre le démantèlement «pur et simple» de ce corps d'élite.

Le lendemain, la garde présidentielle renonçait à cette démission, contre la promesse de sa non-dissolution.

Les soldats du RSP constituent les «tentacules» de Blaise Compaoré au Burkina Faso, qui bien qu'exilé en Côte d'Ivoire, «n'est pas parti» complètement du pays, a affirmé Guy Hervé Kam.

Vendredi soir, le RSP à tenu à «rassurer toute la population» sur le fait qu'il n'avait pas «d'agenda caché» et qu'il souhaitait accompagner la transition.

La garde présidentielle était l'un des piliers de l'ancien régime. Elle a été pointée du doigt par Amnesty International pour son usage «excessif et létal» de la force durant les manifestations qui ont abouti à la chute du président Compaoré.

«Au regard du changement de régime que notre pays a connu, il y a nécessité de réorienter l'emploi opérationnel du RSP afin de l'orienter vers les missions de défense et de sécurité du territoire national», a affirmé vendredi soir le général Pingrenoma Zagré, chef d'état-major général des armées, à la télévision publique, notant l'«urgence» de «mener une réflexion» en ce sens.

Une commission sur ce régiment sera mise en place, a assuré le président Kafando vendredi soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer