Nigeria: 45 morts dans un double attentat à Maiduguri

L'attentat n'a pas encore été revendiqué, mais Maiduguri,... (PHOTO PIUS UTOMI EKPEI, ARCHIVES AFP)

Agrandir

L'attentat n'a pas encore été revendiqué, mais Maiduguri, la capitale de l'État de Borno, où Boko Haram a été fondé il y a plus de dix ans, a été la cible de très nombreuses attaques du groupe islamiste. L'insurrection et sa répression par l'armée ont fait plus de 13 000 morts depuis 2009.

PHOTO PIUS UTOMI EKPEI, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence Science Presse
MAIDUGURI, Nigeria

Plus de 45 personnes ont été tuées par un double attentat à la bombe qui a frappé mardi un marché populaire de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, selon une employée de l'équipe médicale et des témoins.

Une bombe cachée dans un rickshaw a explosé vers 11 h (5 h à Montréal) dans le Monday Market, un marché très populaire, du centre-ville, et la détonation a retenti dans tout le centre-ville, avant que ne s'élève une épaisse fumée noire, selon un journaliste de l'AFP.

Un court instant plus tard, alors qu'une foule s'était formée pour porter secours aux victimes, une kamikaze qui avait caché une bombe sous son hijab, prétendant porter un bébé sur son dos, s'est fait exploser au même endroit, selon des témoins.

«Cette femme avait attaché des explosifs sur son dos, comme un bébé, et elle s'est frayé un chemin vers le lieu de la première explosion», a déclaré Abubakar Bello, un vendeur de poulet du Monday Market.

Selon Dogara Shehu, de l'équipe médicale sur place, «plus de 45 personnes ont été tuées, dont certaines ont été complètement décapitées», un récit qui concorde avec celui de plusieurs autres témoins. Un responsable des services de secours nigérians (NEMA) a pour sa part confirmé que «beaucoup de gens ont été tués», sans pouvoir donner de bilan plus précis.

Le Monday Market avait déjà été la cible d'un attentat à la bombe attribué à Boko haram, dans lequel au moins 15 personnes avaient péri le 1er juillet.

Selon un marchand, Usman Babaji, la première bombe était dissimulée dans un tricycle à moteur, un moyen de transport populaire dans le pays.

L'attentat n'a pas encore été revendiqué, mais Maiduguri, la capitale de l'État de Borno, où Boko Haram a été fondé il y a plus de dix ans, a été la cible de très nombreuses attaques du groupe islamiste. L'insurrection et sa répression par l'armée ont fait plus de 13 000 morts depuis 2009.

Les affrontements entre l'armée et les insurgés ont d'abord été quasi-quotidiens à Maiduguri. Boko Haram s'est ensuite concentré sur des régions plus reculées du Nord-Est.

Le groupe islamiste s'est emparé de plus d'une vingtaine de localités dans l'État de Borno et dans les États voisins de Yobe et Adamawa, où il dit avoir créé un califat islamique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer