Burkina faso: une maturité politique qui détonne

La prise de pouvoir par les militaires, dénoncée... (PHOTO ISSOUF SANOGO, ARCHIVES AFP)

Agrandir

La prise de pouvoir par les militaires, dénoncée par ces manifestants au début du mois à Ouagadougou, n'aura finalement duré que quelques semaines. L'armée demeurera tout de même très présente au gouvernement avec la nomination du lieutenant-colonel Isaac Zida au poste de premier ministre.

PHOTO ISSOUF SANOGO, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trois semaines après la chute de Blaise Compaoré, le président désigné pour mener la transition, Michel Kafando, se verra remettre symboliquement les pouvoirs aujourd'hui à Ouagadougou, la capitale. Sans traîner en longueur et surtout sans effusion de sang, le Burkina Faso s'est retroussé les manches pour préparer l'après-Compaoré.

Maturité politique

Même si Blaise Compaoré a eu la mainmise sur le Burkina Faso pendant près de 30 ans, «c'est un pays qui a continué constamment à avancer», affirme Carine Guidicelli, directrice régionale en Afrique du Centre d'études et de coopération internationale (CECI), une organisation québécoise sans but lucratif. La mobilisation citoyenne qui a poussé le président à la démission pèse maintenant de tout son poids pour une transition démocratique. «C'est un pays qui m'étonne sur le plan de sa maturité politique et c'est un pays qui détonne sur ce plan, dit Mme Guidicelli. Depuis [l'ancien président Thomas] Sankara, il y a vraiment une conscience politique au Burkina Faso.»

Visage inconnu

Le nouveau président, Michel Kafando, est peu connu de la majorité de ses concitoyens. Ce diplomate polyglotte âgé de 72 ans a été ambassadeur aux Nations unies puis ministre des Affaires étrangères au début des années 80, avant de retourner représenter son pays à l'ONU de 1998 à 2011. Il a ainsi travaillé pour son prédécesseur déchu, ce qui n'inquiète pas outre mesure la société civile. «Même parmi les éléments les plus radicaux de l'opposition, il y en a certains qui ont travaillé avec Compaoré», souligne un observateur travaillant pour une organisation canadienne au Burkina Faso, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat. «L'essentiel est qu'il comprenne l'enjeu du moment et qu'il écoute la voix du peuple.»

Rôle des militaires

Sitôt désigné président, Michel Kafando a nommé comme premier ministre nul autre que le lieutenant-colonel Isaac Zida, le numéro deux de la garde présidentielle qui a comblé la vacance du siège de chef de l'État après le départ de Blaise Compaoré. Si la présence d'un militaire à un si haut niveau politique en irrite certains, le principal intéressé tente de se faire rassurant en insistant sur l'importance d'un gouvernement civil. «Les militaires ont eu le sens civique de faire en sorte que les choses se déroulent bien et vite», dit Carine Guidicelli, qui estime qu'ils ont pour l'instant joué leur rôle de maintien de l'ordre «sans abus».

Élections dans un an

Le cheminement du pays depuis trois semaines est «étonnant», dit Carine Guidicelli, «mais tout le boulot reste à faire». Le président Michel Kafando et son premier ministre doivent maintenant nommer un gouvernement de transition de 25 ministres qui expédiera les affaires courantes et préparera les élections législatives et présidentielles qui devront se tenir en novembre 2015. La mission est délicate, souligne Mme Guidicelli: «S'il y avait trop de gens de l'ancienne garde de Compaoré et pas de nouveaux visages au gouvernement, ce serait catastrophique.»

Tous au boulot

Sitôt Blaise Compaoré parti, les Burkinabés se sont mobilisés pour que la vie reprenne son cours normal. «Il faut voir l'élan de solidarité des populations qui se sont mises à nettoyer les villes», dit Carine Guidicelli. Dans les ministères, les secrétaires généraux ont pris le relais des ministres volatilisés. Les attentes sont donc grandes envers le gouvernement de transition, qui, à défaut de pouvoir tout faire en un an - comme juger les auteurs de crimes et redonner une certaine santé économique au pays -, devra «montrer au peuple qu'il a engagé des actions que le gouvernement qui va venir après va poursuivre», explique l'observateur travaillant pour une organisation canadienne contacté par La Presse.

Compaoré au Maroc

L'ex-président Blaise Compaoré a quitté hier la Côte d'Ivoire, où il était en exil avec sa femme et des membres de sa famille depuis sa démission. À bord d'un avion spécialement affrété pour lui, sans toutefois qu'on sache par qui, il s'est envolé pour le Maroc, mais son départ ne serait pas définitif, si l'on en croit la présidence ivoirienne. Il n'a pas non plus été possible dans l'immédiat de connaître les raisons de ce voyage. Le jour même de sa démission, le 31 octobre, Blaise Compaoré et quelques-uns de ses proches avaient été exfiltrés du Burkina Faso avec l'aide militaire de la France.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer