Côte d'Ivoire: 150 mines d'or clandestines fermées par les autorités

L'activité minière ne représente pas plus de 5%... (PHOTO ISSOUF SANOGO, AFP)

Agrandir

L'activité minière ne représente pas plus de 5% du PIB ivoirien, selon le ministère des Mines.

PHOTO ISSOUF SANOGO, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
ABIDJAN

Près de 150 mines d'or clandestines ont été fermées dans le nord et le centre de la Côte d'Ivoire, a annoncé mercredi le gouvernement, moins de dix jours après la mort dans un éboulement de cinq personnes, dont des enfants.

Le gouvernement a décidé de «l'interdiction pendant trois mois de toute activité d'exploitation minière artisanale», a déclaré Affoussiata Bamba-Lamine, porte-parole adjointe du gouvernement.

La mesure de «fermeture immédiate» concerne «148 sites illicites et clandestins d'exploitation, localisés dans le nord et le centre du pays», a précisé Mme Bamba-Lamine lors d'une conférence de presse.

Un «programme de rationalisation de l'orpaillage» mis en place par le gouvernement entend «réorganiser» le secteur, à travers un «exercice légal» de l'activité d'orpaillage, encadré par l'administration minière, a-t-elle ajouté.

Cinq mineurs illégaux, dont des enfants, ont été tués le 13 octobre dans l'effondrement d'une mine d'or clandestine à Sakassou, dans le centre de la Côte d'Ivoire.

Les victimes, de «nationalité burkinabè, exploitaient une mine clandestine», avait souligné le préfet de Sakassou, Ange Tchikaya Kouakou, déplorant la «régularité de ce genre d'accidents».

La Côte d'Ivoire a inauguré en début d'année sa quatrième mine d'or dans le sud-ouest du pays, censée faire passer la production aurifère nationale de 13 à 16 tonnes par an.

L'activité minière ne représente pas plus de 5% du PIB ivoirien, selon le ministère des Mines.

Toutefois, des milliers d'orpailleurs ont fait leur apparition depuis quelques années, exploitant illicitement l'or dans des dizaines de mines artisanales à travers le pays.

Le pays a annoncé la découverte de son plus grand gisement d'or, aux réserves évaluées à 200 tonnes. Propriété de la compagnie britannique Amara mining, la mine à ciel ouvert du Yaouré, près de la capitale Yamoussoukro, produira son premier lingot en 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer