Nouvelle attaque de Boko Haram: «Ils ont tué beaucoup de monde»

Le chef de Boko Haram Abubakar Shekau (au... (IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO DE BOKO HARAM)

Agrandir

Le chef de Boko Haram Abubakar Shekau (au centre) dans une vidéo diffusée le 13 juillet par le groupe islamiste.

IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO DE BOKO HARAM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Bukar HUSSAIN
Agence France-Presse
MAIDUGURI

De nombreuses personnes ont été tuées dans la nuit de jeudi à vendredi par des islamistes armés de Boko Haram qui ont attaqué la ville de Damboa, dans le nord-est du Nigeria, incendiant des maisons et massacrant des civils qui se rendaient, a déclaré un responsable local.

Les habitants de Damboa ont déclaré avoir été laissés sans protection par la police et l'armée, qui se sont retirées de la ville suite à une précédente attaque survenue il y a une quinzaine de jours.

L'attaque a eu lieu vers 18 h 30 (13 h 30, heure de Montréal) jeudi, peu avant la rupture du jeûne du ramadan et s'est poursuivie jusqu'à l'aube, selon des témoins.

«Ils ont tué beaucoup de monde et des femmes et des enfants se sont enfuis dans la brousse. Ceux qui n'ont pas pu fuir se sont rendus et ils ont été tués par les insurgés», a déclaré sans pouvoir donner de bilan plus précis un responsable de la municipalité de Damboa requérant l'anonymat.

«La plupart des maisons de la ville ont été brûlées. Il n'en reste que quelques-unes. Les destructions sont massives. C'est la pire attaque de Boko Haram à Damboa», a ajouté un habitant Ahmed Buba.

Damboa, dans l'État de Borno, et les villages alentour ont été la cible de très nombreuses attaques en cinq ans d'insurrection islamiste.

Les islamistes ont déjà brûlé une partie de la ville et détruit le commissariat de police et une caserne militaire début juillet.

L'armée nigériane avait annoncé avoir tué 53 insurgés et perdu 6 hommes suite à cette attaque, mais depuis, le responsable local et des témoins affirment que Damboa ne bénéficie plus d'aucune protection des forces de l'ordre.

«Nous étions sans défense, parce que toutes les forces de l'ordre, les soldats et la police, s'étaient retirées», a rapporté Ahmed Buba, un habitant, à l'AFP.

«La plupart des maisons ont été brûlées, il n'en reste que quelques-unes. Les destructions sont très importantes (...) il s'agit de la pire attaque de Boko Haram à Damboa», a-t-il ajouté.

Le principal marché brûlé

Ceux qui ont survécu à l'attaque ont fui à Maiduguri, la capitale de l'État, et se sont réfugiés dans le palais du shehu de Borno, un des dignitaires musulmans les plus importants du Nigeria.

Les survivants «ont déposé une plainte auprès du shehu parce qu'il n'y a pas de forces de sécurité à Damboa», a déclaré le responsable local.

L'armée n'a pas pu être jointe dans l'immédiat pour commenter cette nouvelle attaque.

Comme c'est souvent le cas suite à des attaques de Boko Haram, aucun bilan n'a été communiqué pour l'instant, mais le nombre des victimes du groupe islamiste a beaucoup augmenté, récemment, avec l'intensification des violences.

Selon les habitants, le principal marché de Damboa a été brûlé lors de l'attaque de jeudi, ainsi que plusieurs bâtiments officiels.

«Je ne peux pas dire combien de personnes ont été tués», a déclaré M. Buba, «il faut d'abord qu'on fouille les décombres pour savoir combien il y a eu de morts».

Selon un rapport de Human Rights Watch cette semaine, il y a déjà eu 95 attaques qui ont fait au moins 2053 victimes civiles en 2014 - d'autres organisations parlent même de bilans plus importants.

Le président Goodluck Jonathan a demandé mercredi l'approbation du parlement pour solliciter un prêt à l'étranger allant jusqu'à un milliard de dollars afin de combattre les islamistes.

Les élections approchant, M. Jonathan, déjà très critiqué pour n'avoir pas su juguler l'insurrection islamiste et pour avoir tardé à réagir suite à l'enlèvement, mi-avril, de plus de 200 écolières à Chibok, dont on est toujours sans nouvelles trois mois plus tard, est de plus en plus sous pression.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer