Nigéria: 15 chrétiens égorgés par des islamistes

Des chrétiens prient sur les tombes de victimes... (PHOTO AFOLABI SOTUNDE, REUTERS)

Agrandir

Des chrétiens prient sur les tombes de victimes du groupe islamiste Boko Haram, dans la capitale Abuja, le 23 décembre 2012.

PHOTO AFOLABI SOTUNDE, REUTERS

Partager

Sur le même thème

Agence France-Presse
KANO

Quinze chrétiens ont été égorgés par des islamistes présumés au cours d'une attaque survenue vendredi à Musari, un village du nord-est du Nigeria proche de la base du groupe islamiste Boko Haram, ont déclaré une source humanitaire et des habitants dimanche.

«D'après les informations que nous avons recueillies, les assaillants se sont introduits dans des maisons et ont tué quinze personnes dans leur sommeil», a dit une source humanitaire sous couvert d'anonymat.

Les autorités avaient confirmé samedi l'attaque, commise vendredi à Musari, évoquant seulement cinq morts, dont un policier nigérian, sans donner plus de détails. Le village de Musari est situé dans les environs de Maiduguri, le repaire du groupe islamiste Boko Haram, qui a mené des attaques de ce type dans le passé.

Dimanche, le porte-parole de l'armée dans la région, le lieutenant-colonel Sagir Musa, a maintenu le bilan de cinq morts, précisant à l'AFP que certaines victimes avaient été tuées par balle et d'autres attaquées avec des machettes.

Les autorités nigérianes ont toutefois tendance à sous-estimer le nombre de morts dans ce genre d'attaques, et la source humanitaire a confirmé les informations des habitants qui ont parlé de 15 personnes égorgées.

Parmi les victimes, «il y avait un policier de la circulation et 14 civils. Les victimes ont été choisies car elles étaient toutes chrétiennes. Certaines avaient déménagé dans le quartier pour fuir d'autres régions touchées par Boko Haram», a expliqué la source humanitaire.

«Les assaillants sont entrés sans faire de bruit dans les maisons dont les habitants étaient tous chrétiens et ont égorgé les victimes», a ajouté un habitant. «Ils ont tué quinze personnes.»

Selon les habitants, qui ont imputé cette attaque à Boko Haram, de nombreuses personnes se sont installées à Musari pour fuir les violences à Maiduguri, théâtre d'explosions et de tueries incessantes.

Boko Haram, qui se réclame des talibans afghans, veut créer un État islamique dans le nord du pays, mais le groupe comprendrait en réalité plusieurs factions avec différentes revendications.

Les violences attribuées au groupe ainsi que leur répression sanglante par les forces de l'ordre ont fait, selon les estimations, plus de 3000 morts depuis 2009.

Pays le plus peuplé d'Afrique, le Nigeria compte 160 millions d'habitants, le Sud étant à majorité chrétienne et le Nord à majorité musulmane.

Le président nigérian Goodluck Jonathan accuse le groupe de chercher à provoquer un conflit religieux dans le pays.

Alors que les principales victimes de Boko Haram sont souvent des musulmans, le groupe vise régulièrement des chrétiens, en menant des attaques contre des églises.

Pendant une messe de Noël la semaine dernière, des hommes armés ont attaqué une église dans l'État de Yobe (nord-est), tuant six personnes, dont le prêtre, avant de mettre le feu au bâtiment.

Mais dans sa lutte contre Boko Haram, l'armée nigériane a aussi été accusée de violences excessives, notamment des meurtres de civils et des incendies d'habitations.

L'ONG Human Rights Watch a récemment déclaré que «des crimes contre l'humanité étaient susceptibles d'avoir été commis du côté des agents de l'État comme de celui des membres de Boko Haram.»

 

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer