Le trafic d'enfants en constante augmentation

Les enfants et les adolescents ne représentaient que... (PHOTO NOORULLAH SHIRZADA, AFP)

Agrandir

Les enfants et les adolescents ne représentaient que 20 % des cas connus de trafic pour la période 2003-2006. Ils représentent désormais plus de 60 %.

PHOTO NOORULLAH SHIRZADA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
VIENNE

Le trafic d'enfants ne cesse de croître à l'échelle mondiale, pour atteindre désormais le tiers des cas recensés, s'alarme le Bureau des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) dans son rapport 2014 publié lundi.

Les mineurs représentent la majorité des victimes en Afrique et au Proche-Orient et dans certains pays, comme l'Inde, l'Égypte, l'Angola ou le Pérou, ils peuvent représenter plus de 60 % des personnes victimes, relève l'ONUDC dans ce rapport publié tous les deux ans.

Les enfants et les adolescents ne représentaient que 20 % des cas connus de trafic pour la période 2003-2006, rappelle l'organisation.

Dans le monde, 70 % des victimes de trafics sont de sexe féminin, contre 84 % il y a dix ans. La part des femmes a chuté à 49 %, contre 74 % en 2004, mais celle des fillettes et adolescentes a crû à 21 %, contre 10 % dix ans plus tôt.

Si la majorité du trafic d'êtres humains a pour finalité l'exploitation sexuelle (53 % des cas), la part du trafic à des fins de travail forcé est en augmentation, à 40 %, contre 32 % en 2007, note l'ONUDC.

Les disparités régionales sont cependant importantes. En Europe et en Asie centrale, l'exploitation sexuelle intervient dans les deux tiers des cas, alors que dans le reste de l'Asie, le travail forcé est très largement majoritaire.

Certaines formes de trafic, comme celui «des enfants pour le combat armé ou pour la petite délinquance ou la mendicité forcée, peuvent représenter un problème significatif en certains endroits», est-il relevé.

Ce rapport, basé sur les données fournies par 128 pays, ne permet de percevoir que «la partie émergée de l'iceberg», souligne l'ONUDC. L'organisation déplore que dans beaucoup de régions du monde le trafic d'êtres humains reste «une activité peu risquée et très lucrative pour les criminels».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer