Exclusif

Sainte-Sophie: la faune menacée par une «soupe de contaminants»

Les camions que la police avait suivis jusqu'à... (PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE)

Agrandir

Les camions que la police avait suivis jusqu'à Sainte-Sophie le 25 mai 2016 avaient été remplis sur le site fortement contaminé d'une ancienne station-service, à l'angle des boulevards Laval et de la Concorde, à Laval. Sur la photo, la rivière l'Achigan vue du pont Murray, à Sainte-Sophie.

PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE

Il existe au nord de Montréal une terre agricole riveraine où des entrepreneurs véreux ont déversé tellement de sols contaminés que les animaux du secteur risquent de subir des « mutations », selon une enquête de la police et du ministère de l'Environnement. Les autorités croient que des analyses de laboratoire truquées ont été utilisées pour couvrir l'affaire.

C'est ce qu'a révélé un enquêteur de la Sûreté du Québec qui témoignait mardi au palais de justice de Saint-Jérôme, dans le cadre du procès des entreprises Gestion OFA Environnement et Remblais ATL. Les deux sociétés sont accusées d'une infraction à la Loi sur la qualité de l'environnement pour avoir déposé des sols contaminés sur une terre agricole de Sainte-Sophie, dans les Laurentides.

Le juge Claude Lachapelle avait d'abord ordonné qu'une partie des audiences soit temporairement frappée d'une ordonnance de non-publication. Mais une avocate de La Presse dépêchée d'urgence sur place lundi a plaidé que le public subirait un préjudice si on lui cachait les informations mises en preuve. La Cour a finalement permis la publication de tous les témoignages.

L'enquêteur Sylvain Lacroix... (Photo Ivanoh Demers, La Presse) - image 2.0

Agrandir

L'enquêteur Sylvain Lacroix

Photo Ivanoh Demers, La Presse

«Pour masquer la réalité»

Le policier Sylvain Lacroix, qui était chef d'équipe au Service des produits de la criminalité à l'époque des faits, est venu décrire à la Cour comment son équipe avait suivi des camions de sols contaminés à partir d'un chantier de décontamination lavallois jusqu'à une terre agricole non exploitée à Sainte-Sophie, près de Saint-Jérôme, le 25 mai 2016.

Les enquêteurs affirment avoir saisi par la suite des documents indiquant que Gestion OFA Environnement et Remblais ATL avaient déversé « énormément de tonnage » de sols contaminés sur cette terre du boulevard Sainte-Sophie, au bord de la rivière de l'Achigan.

Lorsqu'elle a pris conscience que les autorités s'intéressaient à ce site, la société Remblais ATL a montré des analyses faites par un laboratoire spécialisé de Montréal qui démontraient que tout allait bien, que le site de Sainte-Sophie n'avait pas du tout été contaminé.

« Nous, dans notre enquête, on ne pouvait pas concevoir que ce n'était pas contaminé. L'enquête avait démontré qu'il y avait beaucoup de sols contaminés amenés là », a expliqué à la Cour l'enquêteur Sylvain Lacroix.

« Notre prétention, c'était que la caractérisation des sols faite pour Remblais ATL était là pour masquer la réalité. »

La Sûreté du Québec a donc fait faire sa propre analyse du sol, en demandant l'aide des experts du ministère de l'Environnement. Ceux-ci ont produit un rapport qui révélait une contamination alarmante du site par des produits toxiques.

« J'ai accroché sur une phrase, monsieur le juge : le résultat qu'on avait, c'était que certains animaux pourraient subir des mutations », s'est souvenu l'enquêteur.

Rosa Galvez-Cloutier, professeure titulaire à la faculté des sciences et de génie de l'Université Laval, juge cette possibilité réaliste.

« C'est très fort comme affirmation, mais c'est possible », a-t-elle déclaré lorsque La Presse l'a jointe au téléphone hier.

« On reconnaît plusieurs produits toxiques à leurs effets sur le système nerveux, le système lymphatique. Il y a des effets à court terme : perte d'équilibre, perte de fonction d'organes comme le coeur, les reins, le foie. Mais il y a aussi des effets chroniques, qui ne se voient pas le jour même de la consommation. Des produits peuvent s'accumuler dans les tissus animaux, les tissus humains, et développer des cancers, des tumeurs », explique la chercheuse, considérée comme l'une des plus grandes spécialistes au pays en matière de contamination des sols et des eaux.

Lorsqu'il y a déversement « sauvage », il devient difficile de connaître exactement la dangerosité de la « soupe de contaminants » qui se forme dans un milieu naturel, dit-elle.

« C'est très irresponsable de faire ça, c'est inacceptable. On ne devrait pas avoir ces cas dans un pays comme le Canada », s'insurge la professeure.

«Pour que je puisse semer du foin»

Jean-Raymond Bélisle, garagiste de profession qui possède la terre où les déversements ont eu lieu, est venu expliquer au tribunal mardi qu'il avait accepté des chargements de terre et de roche depuis 1974 pour remblayer son terrain et tenter de le mettre à niveau.

« C'était pour que ça devienne égal, pour que je puisse semer du foin, de l'avoine », a-t-il dit.

En 2016, Martin Archambault, dirigeant de Remblais ATL, est venu lui proposer de lui apporter de la terre.

« Il était venu voir le terrain et il a dit qu'il y avait de la place pour mettre plusieurs voyages. Il n'y avait pas d'argent là-dedans. Moi, je ne payais pas et lui, il ne payait pas », a expliqué M. Bélisle. Il jure avoir dit qu'il ne voulait « pas de terre contaminée ».

Mais il n'a jamais gardé de preuve écrite de ce qui était livré chez lui, n'a jamais demandé de voir des analyses de sols avant d'accepter un chargement.

Jean-Raymond Bélisle, un garagiste de profession qui possède... (PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Jean-Raymond Bélisle, un garagiste de profession qui possède la terre où les déversements ont eu lieu, est venu expliquer au tribunal mardi qu'il avait accepté des chargements de terre et de roche depuis 1974 pour remblayer son terrain et tenter de le mettre à niveau.

PHOTO OLIVIER JEAN, archives LA PRESSE

Des prix imbattables

Les camions que la police avait suivis jusqu'à Sainte-Sophie le 25 mai 2016 avaient été remplis sur le site fortement contaminé d'une ancienne station-service, à l'angle des boulevards Laval et de la Concorde, à Laval.

Un consultant en environnement qui était chargé de réhabiliter le site, et dont l'identité est protégée par une ordonnance de non-publication, est venu raconter comment il en était venu à confier ses sols excavés à Gestion OFA Environnement.

Il a dit avoir été appelé au début du mois de mai par Louis-Pierre Lafortune, ancien associé des Hells Angels qui a déjà été reconnu coupable de complot en vue de recycler les produits de la criminalité. En 2016, M. Lafortune était responsable du développement des affaires pour Gestion OFA Environnement.

« M. Lafortune m'a dit : "On travaille seulement dans les règles de l'art." »

Le témoin a raconté que Louis-Pierre Lafortune lui proposait de prendre en charge le transport et la disposition des sols contaminés pour 28,50 $ la tonne, un prix imbattable, beaucoup moins cher que ceux de la concurrence.

Louis-Pierre Lafortune, un entrepreneur qui a fait affaire... (Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse) - image 4.0

Agrandir

Louis-Pierre Lafortune, un entrepreneur qui a fait affaire avec les Hells Angels par le passé.

Photo Édouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Une erreur exceptionnelle ?

L'avocat des deux entreprises visées, Me Karl-Emmanuel Harrison, a souligné devant la Cour que les sols contaminés pris en charge par Gestion OFA Environnement étaient souvent envoyés en Ontario. Par ses questions en contre-interrogatoire, il a laissé entendre que l'envoi de camions à Sainte-Sophie le jour où la police avait monté une opération de surveillance était une erreur exceptionnelle.

Les sols déversés ce jour-là ont d'ailleurs été retirés par les responsables et envoyés en Ontario par la suite.

Me Harrison a annoncé son intention de faire témoigner son propre expert en sols contaminés lorsque le procès reprendra à l'automne.

Personne n'est accusé au criminel dans cette affaire. En vertu de la Loi sur la qualité de l'environnement, les deux entreprises s'exposent chacune à une amende de 30 000 $ si elles sont reconnues coupables.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer