Vers un réchauffement climatique «bien supérieur» à 2 degrés

Au 1er septembre, 56 pays, responsables d'environ 65 %... (PHOTO ANDY WONG, ARCHIVES AP)

Agrandir

Au 1er septembre, 56 pays, responsables d'environ 65 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), à l'origine du réchauffement climatique, avaient remis leurs objectifs de réduction d'émissions à l'ONU.

PHOTO ANDY WONG, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Changements climatiques

Environnement

Changements climatiques

Tout sur les changements climatiques »

Agence France-Presse
BONN, Allemagne

Les objectifs de réduction des gaz à effet de serre annoncés jusqu'à présent au niveau mondial aboutiraient à un réchauffement climatique «bien supérieur à 2 degrés», limite fixée par l'ONU, selon une étude publiée mercredi à Bonn.

Le monde est toujours sur la trajectoire d'une hausse de 2,9 à 3,1 degrés d'ici à 2100, affirme Climate Action Tracker (CAT), un organisme regroupant quatre centres de recherche, dans cette étude dévoilée en marge de nouvelles négociations en vue de la conférence de Paris sur le climat.

Les engagements de réduction soumis par les gouvernements à l'ONU «conduisent à des émissions mondiales bien supérieures aux niveaux nécessaires pour contenir le réchauffement à 2 degrés» par rapport à l'ère préindustrielle, note-t-il.

La conférence de Paris sur le climat en décembre a pour objectif de sceller un accord universel pour limiter la hausse de la température mondiale à 2 degrés. Selon les scientifiques, un réchauffement au-delà de cette limite aurait des conséquences irréversibles.

Au 1er septembre, 56 pays, responsables d'environ 65 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), à l'origine du réchauffement climatique, avaient remis leurs objectifs de réduction d'émissions à l'ONU.

Pour limiter la hausse des températures à 2 degrés, «les gouvernements doivent renforcer sensiblement» leurs objectifs : «ils doivent réduire collectivement les émissions mondiales de 12 à 15 gigatonnes d'équivalent CO2 supplémentaires d'ici à 2025, et de 17 à 21 GtCO2eq d'ici à 2030», selon l'étude.

Les émissions de gaz à effet de serre sont actuellement d'environ 50 gigatonnes d'équivalent CO2 par an.

Si les ambitions à l'horizon 2030 étaient maintenues à leur niveau actuel, «contenir le réchauffement sous les 2 degrés pourrait devenir infaisable» et le limiter à 1,5 degré serait «hors d'atteinte», estime Bill Hare, membre d'un des centres de recherche de Climate Action Tracker, dans le communiqué.

Analysant 15 engagements nationaux (représentant 64,5 % des émissions mondiales), Climate Action Tracker en a jugé sept «inadéquats» (Australie, Canada, Japon, Nouvelle-Zélande, Singapour, Corée du Sud, Russie), six «moyens» (Chine, Union européenne, Mexique, Norvège, Suisse, États-Unis) et seulement deux «suffisants» (Éthiopie, Maroc).

«La plupart des gouvernements qui ont déjà soumis leur engagement (de réduction des GES) doivent revoir leurs ambitions à la lumière de l'objectif mondial et, dans la plupart des cas, ils devront les renforcer. Ceux qui travaillent toujours sur leurs objectifs doivent faire en sorte qu'ils soient aussi ambitieux que possible», a souligné Niklas Höhne du NewClimate Institute, un autre centre de recherche membre de CAT.

Les dix principaux émetteurs de gaz à effet de serre qui n'ont pas encore annoncé leurs objectifs sont l'Inde, le Brésil, l'Iran, l'Indonésie, l'Arabie saoudite, l'Afrique du Sud, la Thaïlande, la Turquie, l'Ukraine et le Pakistan. Ils sont responsables au total de 18 % des émissions mondiales.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer