Jellyfish Eyes pétille à «l'énergie positive»

Jellyfish Eyes... (PHOTO FOURNIE PAR FANTASIA)

Agrandir

Jellyfish Eyes

PHOTO FOURNIE PAR FANTASIA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier

Voici LE film de la génération des Tamagotchi et Pokémon. Les tout-petits s'en régaleront et leurs jeunes parents aussi, évidemment.

Un garçon orphelin de père doit s'adapter à une nouvelle école. Il sera aidé, pour ce faire, par une attachante bestiole à tête de méduse. Un peu de E.T. par-ci et d'arts martiaux par-là. 

On passera rapidement sur la naïveté du récit et les situations à l'eau de guimauve. Il y a des bagarres de bibittes, de l'action et de belles métaphores sur la force de l'amitié. L'important, c'est que c'est enjoué et sympathique. En fait, ça pétille à «l'énergie positive».

On se serait tout de même attendu à plus d'audace visuelle de la part de Murakami, l'un des grands maîtres de l'art contemporain. On lui donne une chance... il y aura une suite.

________________________________________

Jellyfish Eyes, Murakami Takashi, Japon

Dimanche, théâtre Concordia Hall, midi




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer