Ultimes préparatifs à la veille de l'ouverture du Festival de Cannes

Des employés s'affairaient à installer le tapis rouge... (PHOTO AFP)

Agrandir

Des employés s'affairaient à installer le tapis rouge devant le Palais des festivals.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fran Blandy, Francois Becker
Agence France-Presse
Cannes

Affiches placardées aux quatre coins de la ville, palaces et Croisette ripolinés, policiers sur le pied de guerre: Cannes boucle mardi les ultimes préparatifs pour la 69e édition du Festival du film, qui s'ouvre mercredi dans des conditions de sécurité rigoureuses.

Réglage des lumières, positionnement des praticables des photographes et câblage, les techniciens s'affairaient lundi après-midi au bas des marches du Palais des Festivals, sous la verrière temporaire installée pour protéger le tapis rouge, qui n'était, lui, pas encore déroulé.

Un peu plus tôt, les grandes affiches officielles du festival, qui représentent cette année dans des tons de jaunes la maison du film de Jean-Luc Godard Le mépris, avaient pris place sur les façades du Palais.

À quelques mètres des 24 marches que grimperont les stars jusqu'au 22 mai, les touristes multipliaient les selfies. Tout au long de la Croisette, bordée de boutiques de luxe, de palaces et de bars chics, des grues et d'énormes camions. Lundi après-midi, un écran géant était érigé le long de la mer.

«Risque plus élevé que jamais»

Dans l'enceinte même du Palais des Festivals, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a promis lundi une «mobilisation exceptionnelle» pour assurer la sécurité de l'événement, six mois après les attentats de Paris, et sept semaines après ceux de Bruxelles.

Le dispositif comprendra entre autres plusieurs centaines de policiers, une équipe de démineurs, 400 agents de sécurité privée, 7 nageurs sauveteurs, a détaillé le ministre, évoquant «un risque plus élevé qu'il ne l'a jamais été».

Mais ces mesures de sécurité ne feront pas oublier l'essentiel: la plus grande fête du cinéma, pour laquelle sont attendus sur la Côte d'Azur plusieurs dizaines de milliers de cinéphiles et professionnels du monde entier.

L'équipe de Café Society, le dernier Woody Allen, présenté hors compétition en ouverture mercredi - sous une météo attendue... pluvieuse - doit ouvrir le bal, avec la très attendue Kristen Stewart. Une ribambelle d'actrices et d'acteurs, de George Clooney à Marion Cotillard, et une série de réalisateurs reconnus, comme Pedro Almodovar et Xavier Dolan, leur succéderont.

Au total, 21 films, dont 13 européens, sont en compétition officielle pour la Palme d'or, décernée cette année par un jury présidé par l'Australien George Miller, auteur de la saga Mad Max.

Quatre Français seront de la bataille: Olivier Assayas (Personal Shopper, avec Kristen Stewart), Nicole Garcia (Mal de pierres avec Marion Cotillard), Bruno Dumont (Ma loute avec Fabrice Luchini, Juliette Binoche et Valeria Bruni-Tedeschi) et le réalisateur de L'inconnu du lac Alain Guiraudie (Rester vertical).

Les frères Dardenne en lice pour un triplé

Les frères belges Luc et Jean-Pierre Dardenne, deux fois Palme d'or (Rosetta, L'enfant), tenteront un triplé avec La fille inconnue, avec Adèle Haenel. Le réalisateur néerlandais de Basic Instinct, Paul Verhoeven, sera là pour Elle avec Isabelle Huppert, le Britannique Ken Loach pour I, Daniel Blake et l'Espagnol Pedro Almodovar pour Julieta.

Trois Américains seront aussi dans la course à la Palme d'or: Sean Penn pour The Last Face, avec Charlize Theron, Javier Bardem et Adèle Exarchopoulos, Jim Jarmusch pour Paterson avec Adam Driver, et Jeff Nichols pour Loving.

Parmi les autres films attendus, Juste la fin du monde du Québécois Xavier Dolan (prix du Jury en 2014 pour Mommy), avec Marion Cotillard, Vincent Cassel et Léa Seydoux, et The Salesman de l'Iranien Asghar Farhadi (Une séparation).

Dans les coulisses des plus prestigieux palaces de la Croisette comme dans les hôtels et restaurants les plus modestes, l'heure est aux derniers réglages. La peur du terrorisme n'a pas fait fuir les festivaliers, se réjouit Michel Chevillon, le président du syndicat des hôteliers de la ville: trouver mardi une chambre libre relèvera du miracle.

Au Martinez, célèbre palace Art Déco de la Croisette, le compte à rebours arrive aussi à son terme pour le chef deux étoiles Christian Sinicropi, chargé cette année encore de concocter et servir mardi soir le dîner «surprise» du jury.

Une assiette en forme de roulette en 2011 pour Robert de Niro, clin d'oeil au film Casino, une vague en l'honneur des Dents de la mer de Steven Spielberg en 2013...: à quelle sauce les membres du jury 2016 seront-ils mangés? Motus et bouche cousue jusqu'au premier coup de fourchette.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer