Crimes nazis et Chine en mutation à la Berlinale 2014

Dieter Kosslick, directeur de la Berlinale (au centre),... (Photo: AFP)

Agrandir

Dieter Kosslick, directeur de la Berlinale (au centre), en compagnie de Christoph Terhechte, responsable de la section Forum, et Maryanne Redpath de la section Génération.

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Deborah Cole
Agence France-Presse
Berlin

Les crimes nazis en Europe et les bouleversements de la Chine contemporaine seront au coeur de la programmation du festival de cinéma de Berlin qui commence le 6 février, ont annoncé les organisateurs mardi.

Quelque 400 oeuvres - grosses productions hollywoodiennes, films indépendants ou documentaires - seront diffusées dans le cadre de la 64e édition de la Berlinale.

Le directeur du festival, Dieter Kosslick, a expliqué que les thèmes dominants s'étaient imposés d'eux-mêmes.

«Notre programme jette un regard sur l'histoire allemande des années 1930 et 1940 et sur l'Holocauste», a déclaré M. Kosslick au cours d'une conférence de presse présentant le premier grand rendez-vous européen du cinéma en 2014, qui s'achèvera le 16 février.

«Ce n'était pas un choix conscient, c'est parce qu'il y a beaucoup de bons films disponibles sur ce sujet», a-t-il ajouté.

George Clooney est ainsi attendu dans la capitale allemande pour présenter The Monuments Men, l'histoire d'une équipe d'experts en art américains, britanniques et français qui tentent de sauver le patrimoine artistique européen des griffes nazies pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'ouverture du festival sera assurée par le dernier Wes Anderson, The Grand Budapest Hotel, avec Ralph Fiennes, une fresque historique partiellement fondée sur les écrits du romancier autrichien Stefan Zweig sur la destruction de l'Europe par la guerre.

Le film «commence en 1914 et couvre une large période jusqu'à l'arrivée au pouvoir des nazis en 1933», a expliqué M. Kosslick. «Douze ans plus tard seulement, l'Europe n'était que ruines et cendres».

Le réalisateur allemand Volker Schlöndorff, couronné d'un Oscar pour Le Tambour, une allégorie sur fond de Troisième Reich, offre en avant-première mondiale Diplomatie, un film sur les raisons pour lesquelles les nazis ont épargné Paris de toute destruction.

Un documentaire intitulé The Decent One traitera de la découverte, en Israël, de centaines de lettres, notes, photos privées du bras droit d'Adolf Hitler, Heinrich Himmler.

Memory of the Camps, un film produit récemment par le Imperial War Museum britannique (Musée impérial de la guerre), à partir d'images tournées à la libération du camp de concentration allemand de Bergen-Belsen, sera lui aussi projeté.

Alfred Hitchcock avait participé en tant que conseiller à ce projet, dont l'objectif était de contraindre les Allemands à faire face à leurs responsabilités, mais qui avait fini dans les archives.

Les spectateurs pourront également voir un documentaire sur l'histoire de ces images, Night Will Fall.

Une nouvelle Chine

M. Kosslick a également souligné que trois films sur les 20 en compétition pour l'Ours d'or venaient de Chine.

Ils n'ont cependant rien en commun avec The Grandmaster, l'épopée kung-fu à grand spectacle de Wong Kar-wai, qui avait ouvert la Berlinale l'an dernier.

Il s'agit de trois productions à budget plus restreint, a précisé M. Kosslick. «Ce sont des histoires qui s'appuient sur le cinéma de genre et réalisées par une nouvelle génération de cinéastes», a-t-il poursuivi.

Black Coal, Thin Ice, de Dao Yinan, est un polar sur un policier lancé aux trousses d'un tueur en série dont toutes les victimes sont reliées à une même femme.

Blind Massage de Lou Ye, est l'adaptation cinématographique d'un roman sur un kinésithérapeute malvoyant, tandis que No Man's Land de Ning Hao est une plongée sombre parmi des marginaux chinois, vivant dans une zone de non-droit.

Le producteur américain James Schamus (Tigre et Dragon, Brokeback Mountain) présidera le jury chargé d'établir le palmarès qui sera annoncé le 15 février, le dernier jour du festival étant consacré à une rediffusion des meilleurs films.

Se démarquer des autres grands festivals

La Berlinale peine à se démarquer face aux festivals de Cannes et de Venise, mais elle offre un large éventail de films et récompense souvent des cinéastes méconnus. L'an dernier, l'Ours d'or était revenu à Mère et fils du réalisateur roumain Calin Peter Netzer. Le cinéaste québécois Denis Côté avait décroché un Ours d'argent pour Vic + Flo ont vu un ours.

Cette année, Denis Côté (Bestiaire, Curling) présente le film Que ta joie demeure dans la section parallèle Forum. Également sur le front canadien, Bruce LaBruce, avec Pierrot lunaire, et Robert Lepage et Pedro Pires, avec Triptyque, figurent respectivement dans les sections Forum Expanded et Panorama spécial.

Le cinéaste Robert Morin (Les 4 soldats, Papa à la chasse aux Lagopèdes) pourrait décrocher un prix dans la section Generation 14plus, avec 3 histoires d'Indiens. Cette section de la Berlinale est consacrée aux oeuvres dont les thèmes et l'esthétique sont liés aux expériences vécues par les enfants et les jeunes. Des Ours de cristal et des prix du jury international y sont décernés.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Les principaux films de la 64e Berlinale

    Berlinale

    Les principaux films de la 64e Berlinale

    La 64e édition de la Berlinale, le premier grand rendez-vous de l'année pour le cinéma en Europe, commencera le 6 février et offrira 23 films dans sa... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer