• Accueil > 
  • Arts > 
  • Vie de stars 
  • > Une actrice de Django qui accusait la police de racisme va devoir s'excuser 

Une actrice de Django qui accusait la police de racisme va devoir s'excuser

Danièle Watts... (Photo Todd Williamson/Invision/AP)

Agrandir

Danièle Watts

Photo Todd Williamson/Invision/AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
LOS ANGELES

Danièle Watts, actrice afro-américaine qui jouait dans le film primé aux Oscars Django Unchained et avait été brièvement arrêtée par des policiers qu'elle accusait de racisme, a admis certaines charges qui pesaient contre elle et va devoir s'excuser.

La comédienne, qui avait initialement affirmé avoir fait l'objet de discrimination raciale de la part des policiers, n'a pas contesté les accusations d'atteinte à l'ordre public pesant contre elle et son petit ami James Lucas.

En échange, les procureurs ont abandonné les accusations de conduite obscène sur la voie publique, qui leur auraient à tous les deux fait risquer jusqu'à six mois de prison et une amende de 1000 dollars.

Dans le cadre d'un accord avec la police, le couple va devoir écrire une lettre d'excuses aux trois officiers de la police de Los Angeles qui étaient intervenus pour contrôler leur identité à la suite d'un coup de fil dénonçant un acte sexuel en public, et va aussi devoir réaliser 40 heures de travaux d'intérêt général, d'après le bureau du procureur de Los Angeles.

Initialement, la police avait indiqué avoir relâché Mme Watts après vérification de son identité et après avoir conclu qu'aucune infraction n'avait été commise.

L'actrice avait alors affirmé avoir fait l'objet de discrimination raciale de la part de la police qui l'aurait selon elle brièvement arrêtée et menottée alors qu'elle n'avait «rien fait de mal», tandis que son compagnon déclarait que la police avait probablement pris Mme Watts pour une prostituée parce qu'elle montrait de l'affection à un homme blanc.

Un enregistrement sonore de la police de l'échange entre l'un des agents et la comédienne avait ensuite été diffusé pour réfuter les accusations de discrimination avancées par Mme Watts, montrant un policier poli, mais exigeant les papiers d'identité de la comédienne, celle-ci mettant en avant son statut de célébrité.

Après l'apparition de plusieurs photos et vidéos, publiées notamment par le site TMZ, la police de Los Angeles avait finalement engagé des poursuites contre le couple au mois d'octobre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer