Quand la scène s'invite à la télé

Les téléspectateurs d'ICI Radio-Canada Télé pourront voir Anne-Marie... (PHOTO YVES RENAUD, FOURNIE PAR LE TNM)

Agrandir

Les téléspectateurs d'ICI Radio-Canada Télé pourront voir Anne-Marie Cadieux dans Tartuffe, le 19 février.

PHOTO YVES RENAUD, FOURNIE PAR LE TNM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis maintenant deux ans, Jean-Sébastien Ouellet, fondateur de AIDIA productions, travaille sur Extra muros, un projet de plateforme de diffusion de productions québécoises dans le même esprit que celle mise sur pied par le Metropolitan Opera de New York et le National Theatre de Londres et permettant de louer ou de voir en direct les spectacles présentés en salle.

Après La divine illusion et Casse-Noisette, Jean-Sébastien Ouellet présentera ainsi sur les ondes d'ICI Radio-Canada Télé le 19 février une captation du Tartuffe mis en scène par Denis Marleau au Théâtre du Nouveau Monde (TNM) l'automne dernier.

«L'objectif est de rendre la culture accessible à tous, de la sortir des quatre murs du TNM ou de l'Opéra de Montréal», explique d'entrée de jeu celui qui a également produit et réalisé la série documentaire L'art fait du bien.

Une vision qui rejoint celle de Francine Allaire, nommée en septembre dernier stratège culturelle de la Télévision de Radio-Canada pour redonner du souffle à la culture au sein du diffuseur public, qui a déjà commandé quatre autres captations au réalisateur.

«On attend les programmations pour connaître les prochaines pièces», précise Mme Allaire.

Jean-Sébastien Ouellet est également chargé de filmer toutes les productions présentées sur les planches du TNM pour la saison à venir, à la demande de la directrice artistique et générale de l'institution, Lorraine Pintal, qui voit cette initiative comme l'occasion de pérenniser les oeuvres présentées dans son théâtre.

«Jean-Sébastien et moi étions tout de suite d'accord sur la nécessité que cela arrive. Avant même de parler de l'impact que les captations pourraient avoir sur la billetterie, je pense au devoir de mémoire en tant que grande institution théâtrale», précise-t-elle.

«Je me souviens de la merveilleuse époque des télé-théâtres. Je vivais à Granby et je n'avais pas forcément accès aux grandes scènes montréalaises ou québécoises. C'est comme ça que j'ai eu la piqûre», se souvient Lorraine Pintal, directrice artistique du TNM.

«Je crois qu'on a une jeunesse actuellement en mal de voir des productions artistiques auxquelles elle peut se référer. Ç'a presque une fonction pédagogique», ajoute Lorraine Pintal, qu'on pourra voir dans le cadre d'une grande entrevue avec Denis Marleau avant la diffusion de Tartuffe à ICI Radio-Canada Télé.

Un défi de taille

C'est dans ce contexte que Jean-Sébastien Ouellet a fait le pari de capter à ses frais La divine illusion en trouvant un certain équilibre entre les demandes des artistes, l'intérêt de Radio-Canada et celui du TNM. Le producteur s'est dans un premier temps heurté au montant des cachets garanti par l'Union des artistes aux comédiens, déterminé dans les années 80.

«Le défi est de ramener tout le monde à la même époque. Il y a eu des abus par le passé qui ont amené l'UDA à définir des règles strictes pour décourager les producteurs de faire des captations. Chaque acteur doit ainsi être payé 15 fois le montant de son cachet pour une représentation en salle lors d'une captation. Si un acteur est payé 500 $, on devra ainsi lui donner 7500 $ pour diffuser l'émission à la télévision. Ce qui est démesuré si on regarde le salaire d'un acteur télé dans une dramatique : on parle de 1000 $ par émission d'une heure», explique Jean-Sébastien Ouellet, qui a finalement trouvé un terrain d'entente avec les acteurs et l'Union des artistes, mieux adapté au contexte actuel, bien loin des cotes d'écoute millionnaires des Beaux dimanches.

Jean-Sébastien Ouellet ne croit pas que la diffusion à la télévision va diluer l'achalandage dans les salles. Bien au contraire. «Tu peux voir le Canadien jouer tous les soirs à la télé, mais tu as pourtant le goût d'aller au Centre Bell!», lance-t-il.

Une position que partage Lorraine Pintal. «Les gens vont avoir envie de revoir une pièce qu'ils ont aimée. On ne cannibalise pas du tout notre auditoire! On attend bien évidemment que la production soit terminée pour accepter la diffusion», conclut la directrice du TNM.

_____________________________________________________________________________

Tartuffe sera diffusé le 19 février après Tout le monde en parle et le Téléjournal d'ICI Radio-Canada Télé, puis à ICI ARTV le 15 avril, à 21 h, et en rattrapage à ICI Tou.tv.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Nouveau souffle culturel à Radio-Canada

    Télévision

    Nouveau souffle culturel à Radio-Canada

    Après des années d'austérité, la culture a de nouveau le vent dans les voiles à Radio-Canada, qui travaille depuis l'automne dernier à une nouvelle... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer