La série Making a Murderer revient sur Netflix

Accusé à tort de viol, Steven Avery a passé... (PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX)

Agrandir

Accusé à tort de viol, Steven Avery a passé 18 ans en détention avant d'être blanchi par une analyse ADN.

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

La série documentaire événement de Netflix Making a Murderer, consacrée au parcours judiciaire tortueux d'un marginal américain, a été reconduite pour de nouveaux épisodes, a annoncé mardi la plateforme de diffusion en ligne.

«Ce n'est pas fini. Making a Murderer va revenir», a twitté mardi le compte officiel de la série.

«Les réalisateurs travaillent à de nouveaux épisodes qui poursuivent l'histoire de la première saison», explique un autre tweet de la même source.

Netflix n'a pas encore fixé de date pour la mise en ligne de ces nouveaux épisodes.

Netflix ne publie pas ses chiffres d'audience, mais le cabinet spécialisé Symphony Advanced Media avait indiqué que lors des 35 premiers jours de leur mise en ligne, chacun des dix épisodes initiaux de Making a Murderer avait été visionné, en moyenne, par 19,3 millions de téléspectateurs.

Depuis la sortie de la série, le 18 décembre, ils sont des millions à se passionner pour le sort de Steven Avery, anonyme broyé par le système judiciaire américain.

Accusé à tort de viol, il a passé 18 ans en détention avant d'être blanchi par une analyse ADN.

Les nouveaux avocats de ce petit homme de 54 ans au visage rond ont repris l'enquête et démontré qu'elle avait été menée à charge.

À peine plus de deux ans après sa remise en liberté, Steven Avery a été mis en cause dans la disparition d'une photographe, Teresa Halbach.

La jeune femme de 25 ans n'a plus donné de nouvelle depuis une visite chez Steven Avery pour voir un véhicule qu'il avait mis en vente.

Après plusieurs jours de fouilles, la clé de sa voiture a été retrouvée dans la caravane où vivait Steven Avery.

Encore plus tard, les ossements carbonisés de la victime ont été identifiés à proximité.

Enfin, un neveu de Steven, retardé mental, a livré aux policiers un témoignage accablant pour son oncle.

À l'issue d'un procès organisé dans une tension indescriptible, Steven Avery a été condamné à la prison à perpétuité.

Mais des éléments de l'enquête laissent planer un doute sur la culpabilité du condamné.

Les conseils de Steven Avery ont indiqué, début juillet, qu'ils envisageaient d'interjeter appel du jugement, courant août, et disposaient de nouveaux éléments.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer