Ben Affleck et Steven Guilbeault

Steven Gilbeault et Ben Affleck... (Photomontage)

Agrandir

Steven Gilbeault et Ben Affleck

Photomontage

Partager

On a beau chercher, ces deux personnalités publiques n'ont absolument rien en commun. Ben Affleck, qui s'est fait connaître en 1997 avec le film GoodWill Hunting, qu'il avait coécrit avec son grand ami et coloc de l'époque Matt Damon, ne semble pas se préoccuper particulièrement de la cause environnementale. Du moins, pas publiquement. Alors que pour Steven Guilbeault, c'est tout simplement la cause de sa vie. Cofondateur et porte-parole d'Équiterre, un organisme québécois qui prône, entre autre, le développement durable, M. Guilbeault a sur cette photo une barbe et une coiffure qui pourraient nous porter à croire qu'il a joué dans le film Argo à la place de Ben Affleck.

***

Citation de la semaine

«C'est toujours mieux de demander et c'est réconfortant de savoir que vous êtes dans les pensées de quelqu'un, mais j'ai répondu non.»

- Dans sa biographie sortie cette semaine, Rod Stewart raconte avoir été choqué par Mick Jagger, il y a quelques années, lorsque le chanteur des Stones lui a suggéré l'idée d'échanger leur partenaire respective, Bianca et Dee.

***

En hausse... en baisse...

En hausse: Jocelyne Saucier

La littérature québécoise se démarque à nouveau cette année chez les cousins français et cette fois-ci, c'est grâce à l'auteure Jocelyne Saucier. La dame originaire de Rouyn-Noranda a été récompensée cette semaine en se voyant remettre le prix littéraire France-Québec pour Il pleuvait des oiseaux, son quatrième roman publié chez XYZ. L'histoire de Mme Saucier prend forme autour du Grand Feu de Matheson qui, au début du XXe siècle, a ravagé les forêts du nord de l'Ontario. Le prix qu'a reçu l'auteure québécoise est décerné par les lecteurs, des membres de l'association France-Québec, qui veut faire découvrir la littérature d'ici dans l'Hexagone.

En baisse: Guillaume Wagner

Le jeune humoriste savait-il qu'en insultant la chanteuse issue de Star Académie, Marie-Élaine Thibert, il allait provoquer un tollé? Mise en contexte. Lors d'un spectacle, Guillaume Wagner a essentiellement dit que les «matantes» n'étaient pas les bienvenues à son spectacle et que pour les faire fuir, il ferait une joke (plate, de mauvais goût) contre celle qui serait, selon lui, l'idole des matantes du Québec. La jeune chanteuse, qui a eu vent de la blague, a publiquement dénoncé cet épisode d'intimidation. Finalement, tous deux se sont parlé et plusieurs chroniques plus tard, le scandale est terminé. Alors la question qui tue: les matantes, finalement, sont-elles les bienvenues chez Guillaume Wagner?

Vous avez des suggestions de séparés à la naissance? Nous voulons les connaître. Écrivez-nous à entracte@lapresse.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer