Le «Tiki», c'est fini

Une des particularités des intérieurs pop-polynésiens: le pont... (Photo: Olivier Pontbriand, La Presse)

Agrandir

Une des particularités des intérieurs pop-polynésiens: le pont placé au-dessus d'une étendue d'eau ou d'un ruisseau. Souvent situé à l'entrée du restaurant, il marque le passage vers le monde exotique, la séparation avec le quotidien qu'on laisse derrière soi pour la soirée.

Photo: Olivier Pontbriand, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marilyse Hamelin

collaboration spéciale

La Presse

Des vedettes rétro de la chanson québécoise y ont établi leur quartier général, les rockabilly y tiennent des rassemblements, des cinéastes y ont planté leurs caméras, mais bientôt, le Jardin Tiki ne sera plus.

À la fin des années 50, la mode était aux ambiances exotiques et le Québec comptait plusieurs restaurants à saveur «pop-polynésienne», un style provenant des États-Unis.

De nos jours, celui qu'on surnomme familièrement «le Tiki» est un des rares témoins de cette époque. Il est sans conteste un des hauts lieux du kitsch montréalais. Mais voilà que l'institution fermera définitivement ses portes à la fin du mois pour faire place à une tour des Résidences Soleil du promoteur Eddy Savoie.

Un doux fond sonore de guitare lap-steel (hawaïenne) vous accueille, vous êtes au bon endroit. On se croirait presque dans une scène de Blue Hawaii d'Elvis Presley...

«Kitsch!», lance avec fierté Danny Chan, propriétaire du restaurant, lorsqu'on lui demande à quel type d'esthétique appartient son restaurant. Plusieurs éléments du décor datent véritablement des années 50 puisqu'ils proviennent du fameux Kon Tiki du Sheraton de la rue Peel, ouvert de 1958 à 1981.

Le père de M. Chan y était serveur durant sa jeunesse. Flairant la bonne affaire, il a tout racheté dans un encan suivant la fermeture pour ensuite ouvrir le Jardin Tiki, en 1986.

Selon la «kitschologue» Roxanne Arsenault, le style pop-polynésien du Tiki combine plusieurs influences, dont les styles hawaïens et chinois.

«Le Jardin Tiki, c'est le meilleur représentant de ces lieux singuliers qui se voulaient dépaysants. Il incarne parfaitement un exotisme idéalisé, qui reflétait le désir d'ouverture sur le monde des populations de l'après-guerre», explique-t-elle.

L'auteure d'un mémoire de maîtrise sur les commerces kitsch exotiques au Québec insiste: le Tiki, «c'est le plus beau, le plus vaste et le plus important des établissements pop-polynésiens au Québec». Après le Tiki, il restera seulement le motel Coconut à Trois-Rivières et, dans une moindre mesure, le restaurant Aloha, à Saint-Jérôme.

Un patrimoine menacé

Après le décès de son père en 2012, Danny Chan a repris les rênes du Jardin Tiki, aidé de ses frères. Les yeux dans le vague, il balaie, d'un regard triste, la salle à manger complètement vide en ce lundi matin, comme si cela lui procurait un avant-goût du 29 mars, lendemain de la fermeture définitive du restaurant.

Eddy Savoie a fait à la famille Chan une offre qu'elle ne pouvait pas refuser, mais les émotions sont là, presque tangibles: tristesse, regret, nostalgie. Qu'adviendra-t-il de tous les éléments du décor? «Le mobilier fait partie de la transaction. J'imagine qu'il y aura un encan», avance M. Chan, avec une inquiétude mal dissimulée.

Selon Roxanne Arsenault, ces objets ne peuvent tout simplement pas être détruits. Elle évoque une collaboration muséale, comme dans le cas du Musée McCord et de l'ancien restaurant Ben's du centre-ville de Montréal. Entre-temps, elle prévoit prendre le plus de photos possible et peut-être même y tourner un vidéoclip avec son groupe de musique.

Un dernier tour de piste

Le Jardin Tiki, c'était aussi les soupers-spectacles du mercredi soir, qui mettaient en vedette des étoiles de la chanson d'une autre époque. Richard Abel, Paolo Noël, la famille Daraîche et Claudette Dion y ont fait un tabac, mais aussi des chanteurs au succès populaire plus éphémère, comme Guy Harvey, chanteur des Gendarmes durant les années 60, Jean Nichol, poulain de Guy Cloutier à la même époque, et Pierret Beauchamp, vedette d'Expo 67.

«J'ai le coeur gros», lâche d'emblée Pierrette Dubois, productrice de soupers-spectacles depuis une trentaine d'années. Ceux qu'elle organisait au Jardin Tiki attiraient en moyenne de 200 à 250 personnes. Elle organise sa dernière soirée au Tiki le 25 mars. «Ce sera un gros gala de fermeture, qui mettra en vedette une pléiade d'artistes dont Richard Huet, Roger Miron et Sylvie Jasmin», indique Mme Dubois.

Autour du Tiki

Qu'ont en commun les longs métrages C't'à ton tour, Laura Cadieux et Truffe de Kim Nguyen? Des scènes tournées au Jardin Tiki. Même chose pour la série René-Lévesque et le clip Bi-ki-ni de Sunny Duval. Attention, ça déménage! Le Jardin Tiki était fréquenté par les «tikiphiles» du monde entier et il est dûment répertorié (et louangé!) dans l'ouvrage Tiki Road Trip de l'Américain James Teitelbaum, véritable bible du phénomène pop-polynésien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer