El Nucleo: duo fois deux

Le duo El Nucleo est formé de Wilmer... (Photo fournie par Montréal complètement cirque)

Agrandir

Le duo El Nucleo est formé de Wilmer Marquez et Edward Aleman, deux Colombiens qui font du cirque ensemble depuis l'âge de 14 ans.

Photo fournie par Montréal complètement cirque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josée Lapointe

Pour sa première présence à Montréal, le duo d'acrobates colombiens El Nucleo, formé en France, présentera deux spectacles très physiques. Dans Warm, qui mélange théâtre, danse et cirque, ils performent par une température de 45o. Dans Quien soy?, leur première création, Wilmer Marquez et Edward Aleman s'interrogent sur leur identité tout en jouant avec les blocs d'un immense casse-tête chinois. Les deux hommes nous ont raconté leur étonnant parcours, dans un français charmant.

Originaires de Bogotá, Wilmer Marquez et Edward Aleman se sont connus vers l'âge de 10 ans. Très sportifs, ils aimaient aussi le théâtre et la danse. «On faisait de tout, mais, vers 14-15 ans, on a découvert le cirque, qui répondait à tout ce qu'on cherchait, raconte Wilmer Marquez. On n'a pas choisi le cirque, c'est lui qui nous a trouvés.» 

S'ensuivent huit ans d'apprentissage autodidacte dans une troupe locale, puis un départ pour le Centre national des arts du cirque de Châlons-en-Champagne, en France, où ils ont étudié de 2008 à 2011. Wilmer et Edward sont les deux premiers acrobates colombiens à avoir suivi une formation professionnelle à l'extérieur de leur pays. «Chez nous, le cirque est plus traditionnel, précise Wilmer. Ce sont des familles, et il faut être né dedans pour en faire partie. On est la première génération à avoir "décidé" de faire du cirque.»

Le duo

Depuis 14 ans, Wilmer et Edward ont pratiquement toujours travaillé ensemble. «Même que souvent, les gens ne savent pas qui est qui», raconte Edward, qui précise qu'ensemble, ils forment une espèce de troisième entité «pas meilleure, mais complémentaire». 

Ils sont en effet très différents, Edward le voltigeur, plus grand et beaucoup plus foncé, et Wilmer le porteur, plus petit et au teint clair. «C'est drôle parce que si on avait eu un parcours normal, on n'aurait jamais fait de main à main, car je suis plus grand que mon porteur», note Edward. Ils ont façonné ainsi leur propre esthétique, une façon de bouger faite de figures très personnelles, qui s'inspire autant de la danse de rue que de l'univers du cirque.

Dépassement

Warm a été créé par le directeur du Centre dramatique national de Haute-Normandie, David Bobée, pour un autre duo d'acrobates, mais Wilmer et Edward ont pris le relais depuis près de trois ans. 

Sur un texte assez cru de Ronan Chéneau, lu par la comédienne Séverine Ragaigne, les deux hommes performent pendant 40 minutes entourés de projecteurs, par une chaleur accablante. «Les deux choses les plus difficiles pour les acrobates, c'est la lumière et la transpiration», explique Edward. 

Mais pourquoi embarquer dans un tel spectacle? «Pour se prouver à soi-même qu'on peut aller plus loin, toujours dépasser nos limites. Rien ne peut arrêter un acrobate!», lance Edward. 

Pour lui, Warm est un spectacle qui parle «de la mise en abîme, de la performance, de la résistance du corps et de la résistance en duo».

Spectacles physiques

Après chaque série de représentations de Warm, les deux acrobates perdent de deux à trois kilos. «À la fin, je suis sec! , dit Wilmer. Warm, c'est une expérience énorme, super belle à vivre, mais c'est aussi une épreuve. C'est un spectacle qui fatigue, qui demande de la concentration.» Mais qui leur laisse peu de courbatures, justement grâce à la chaleur qui tient leurs corps très réchauffés. «On est à point...», rigole Edward. 

Leur autre spectacle, Quien soy?, est athlétique et tout aussi exigeant. «Avec ce spectacle, on s'est mis la barre haut pour tenir tout le long, explique Wilmer. C'est une méthode qu'on a apprise avec David [Bobée], qui consiste à toujours aller au bout de chaque scène.» 

Faire les deux spectacles à Montréal en moins d'une semaine relève donc de l'exploit! «Ce ne sera pas des vacances!», confirme Wilmer.

Identité

On s'en doute, Quien soy? («Qui suis-je?»), qu'ils ont créé dès leur sortie de l'école de cirque, traite d'identité. 

Qui sont ces deux acrobates colombiens vivant en France, avec ce parcours particulier? Mais «la question est large...», admet Wilmer, et c'est en posant le thème de l'identité par rapport aux autres qu'ils ont trouvé un fil conducteur. «Nous nous sommes rendu compte que beaucoup de nos choix venaient d'une rencontre, explique Edward. Quien soy? parle du voyage, de la prise de risques, de la rencontre entre les gens, les cultures, les pays, les continents», ajoute Edward. Et leur grand cube, casse-tête chinois dont ils manipulent les morceaux, devient «la métaphore d'un monde complexe» où chaque élément joue un rôle, dit-il. «C'est tout un parcours qu'on fait ensemble.»

Donner au suivant

S'il comporte aussi de la vidéo et des éléments de magie nouvelle, Quien soy? est essentiellement un spectacle de main à main «fait par deux mecs acrobates». 

Deux mecs qui ne se sont jamais vraiment lâchés, tant comme créateurs que comme interprètes. Si Edward travaille à un solo dans le cadre de leur compagnie El Nucleo, ils sont aussi en train de créer un nouveau spectacle pour six interprètes, dont la distribution sera entièrement colombienne. «Il y aura des acrobates de première génération, comme nous, et de deuxième génération», explique Wilmer. 

Ils ont peut-être ouvert le chemin en étant les premiers artistes de cirque colombiens à travailler en Europe, mais ils veulent continuer à établir des ponts entre les deux continents. «Il n'a jamais été question de faire ça juste pour nous», souligne Wilmer.

La suite

À travers tous leurs projets, un de leurs objectifs serait d'enfin présenter leur travail dans leur pays d'origine. 

«On espère que ça puisse arriver en 2016», dit Wilmer, qui est particulièrement heureux de venir jouer Quien soy?, leur «bébé», à Montréal. «C'est la première fois qu'on le joue à l'extérieur de la France. Ça permettra de voir pour la suite.» 

Leur belle aventure, qui dépasse toutes leurs attentes, ne semble pas sur le point de se terminer. 

«C'est vrai, dit Wilmer, mais il faut surtout dire qu'on n'attendait pas ces choses. On travaille, on y met du coeur, et c'est tout. Tout ce qui nous est arrivé, c'est petit à petit. C'est juste des rêves, et c'est vraiment beau.»

Warm, du 4 au 7 juillet à l'Espace Go;

Quien soy? , du 9 au 12 juillet au Théâtre Outremont, dans le cadre de Montréal complètement cirque.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer