Hommage à Olivier Guimond: douce nostalgie

Le spectacle a commencé tout en douceur avec... (Photo: Ulysse Lemerise, collaboration spéciale La Presse)

Agrandir

Le spectacle a commencé tout en douceur avec un élégant numéro au triple trapèze.

Photo: Ulysse Lemerise, collaboration spéciale La Presse

Mario Cloutier

C'était bleu nostalgie hier soir à Juste pour rire qui accueillait le spectacle extérieur Un peu, beaucoup, passionnément, hommage senti à Olivier Guimond, qui aurait eu 100 ans cette année.

En début de soirée, l'éclairage bleuté conférait un air mélancolique à la place des Festivals, climat parfait pour la nostalgie. Une foule compacte, bigarrée, quoique tirant sur le poivre et sel, se massait devant la scène.

Contrairement à celle du Festival de jazz ou des FrancoFolies, la scène de la place des Festivals est perpendiculaire à la rue Jeanne-Mance, à Juste pour rire, ce qui réduit le nombre de spectateurs.

Un grand blond au pantalon noir, Simon Hull, s'est exécuté en première partie. Issu de l'émission La France a un incroyable talent, où Gilbert Rozon est juge, le jeune n'en manque pas quand il exécute ses acrobaties au mât chinois, mais son numéro ne brille pas par son originalité.

Cette soirée de première du spectacle accusait un certain retard, hier soir, et n'était pas tout à fait au point: ainsi, la musique et plusieurs numéros de cirque manquaient de synchronisation.

Les prestations du Cirque Éloize sont, par ailleurs, à la hauteur de la qualité à laquelle nous a habitués la troupe de Jeannot Painchaud.

Le spectacle commence tout en douceur avec un élégant numéro au triple trapèze, suivi de jongleries, de danse à claquettes et de cerceau.

Au jeu, Antoine Vézina doit en faire des tonnes pour se faire voir, et c'est bien là un des problèmes dont souffre ce spectacle, qui aurait sans doute gagné à être présenté en salle plutôt qu'à l'extérieur.

La musique jazz et les chansons douces, telle Petite fleur, souligne la tendresse et la poésie du personnage bien connu d'Olivier Guimond. Mais perdue dans la nuit de Montréal, derrière des gens qui passent, des enfants qui pleurent et les odeurs de frites et de bière, la nostalgie n'a plus si bon goût.

Bien conçu, bien écrit et livré, cet hommage souffre d'un mauvais emplacement. Tout simplement.

_____________________________________________________________________________

Un peu, beaucoup, passionnément est présenté ce soir et demain soir sur la place des Festivals à 21 h.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Olivier Guimond au cirque

    Cirque

    Olivier Guimond au cirque

    Luc Guimond a joué un rôle central dans l'organisation de deux événements extérieurs qui rendront hommage à son célèbre père, qui aurait eu 100 ans... »

  • <em>César à la belle étoile</em>:<em> </em>César, ouvre-toi!

    Festival Fantasia

    César à la belle étoile: César, ouvre-toi!

    Habituellement, ce genre d'événement s'organise longtemps à l'avance. Pourtant, la réalisation du film César à la belle étoile, projeté en plein air... »

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer