«Juste les meilleurs» au Festival de jazz

Vijay Iyer... (Photo: Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Vijay Iyer

Photo: Bernard Brault, archives La Presse

Partager

Dossiers >

Nouvelles et entrevues
Nouvelles et entrevues

Nos articles sur le Festival de jazz de Montréal. »

Daniel Lemay
La Presse

Le guitariste Nicolas Repac s'est accompagné sur des rythmes aux accents amérindiens, genre de liaison Paris-Chibougamau avec finale au cor de chasse rarement entendue. Beau Black Box. Puis on a fait entendre aux invités, moins nombreux et plus attentifs que d'habitude, un extrait du prochain CD de Nikki Yanofsky, la nouvelle protégée de Quincy Jones: roulement d'enfer.

On souhaite le reste à l'avenant dans ce 34e Festival international de jazz de Montréal (FIJM), dont on dévoilait hier la programmation en salle. Le Festival de cette année, a annoncé le président Alain Simard, est dédié à la mémoire du pianiste Dave Brubeck, mort en décembre la veille de son 82e anniversaire, après avoir donné le dernier concert de sa brillante carrière au FIJM de 2012. Ses fils Chris et Dan et leur Brubeck Brothers Quartet clôtureront la série Jazz Beat au Théâtre Jean-Duceppe de la Place des Arts le dimanche 7 juillet, avec des invités, dont Lorraine Desmarais et Chet Doxas.

Les 15 séries débuteront le vendredi 28 juin, et non le jeudi, ce qui fait que le festival durera 10 jours au lieu des 11 traditionnels. Même les boulimiques devraient n'y voir que du feu... Du jazz en masse et plus encore des autres genres, cousins plus ou moins lointains. Ce qu'on appelait les musiques du monde semble cependant moins présent, probablement remplacé par des rythmes aux nomenclatures plus jeunes. Reste que le Soweto Gospel Choir - «gospel, soul, reggae, pop et hymnes religieux» - clôturera le festival à la Maison symphonique.

Autre bonne nouvelle: le prolongement de l'entente TD-FIJM, annoncé par Christine Marchildon, première vice-présidente Québec du grand groupe. TD Canada Trust, «la banque de la musique», restera le présentateur du Festival de jazz jusqu'au 40e anniversaire de l'événement, en 2019.

Une ligne de force peut-elle se dégager de cette profusion musicale, demande toujours La Presse à Laurent Saulnier? Et l'ineffable «architecte» de la programmation sert toujours la même réponse: «Une ligne de force? Pas vraiment... On prend les meilleurs.»

Voici, justement, une courte liste des «meilleurs»...

Jazz Max : Vijay Iyer

Vijay Iyer avec son trio, en duo avec son collègue pianiste Craig Taborn puis en solo: voilà une offre de jazz «top couteau», comme dirait le directeur artistique du FIJM, André Ménard.

Le New-Yorkais d'origine indienne, qui jouera au Gesù dans la deuxième partie de la série Invitation, semble rallier toutes les factions.

Le saxo Charles Lloyd aura d'abord reçu, lui, chez Duceppe: son quartet d'abord, un des meilleurs au monde, selon Alain Brunet; Zakir Hussain et Eric Harland le lendemain; puis en duos/trio avec Jason Moran et Bill Frisell.

Le saxophoniste Ravi Coltrane ouvre la prestigieuse série Jazz Beat.

Dr. John... (Photo: Reuters) - image 2.0

Agrandir

Dr. John

Photo: Reuters

R&B et autres : Dr. John et Leon Russell

Assis au Théâtre Maisonneuve plutôt que debout au Métropolis pour le Docteur et ses Nite Trippers? Si on n'a pas le choix...

L'éternel Dr. John (Mac Rebennack), fils aimant de la Louisiane, s'est remis à l'avant-scène l'an passé avec Locked Down, produit par Dan Auerbach des Black Keys, un des bons achats de 2012... et de 2013.

Leon Russell ouvrira la soirée. Les rockers/boomers consulteront aussi leur horaire pour voir si... bon: Aretha Franklin (29 juin), Boz Scaggs (30) et un programme double Lyle Lovett/Chris Isaak le 4 juillet.

K. et M. Labèque... (Photo: fournie par le FIJM) - image 3.0

Agrandir

K. et M. Labèque

Photo: fournie par le FIJM

Classique : K. et M. Labèque

Deux soeurs, deux pianos, deux soirs, deux programmes tout à fait différents à la Maison symphonique. Pour les explorateurs de la musique...

West Side Story pour deux pianos et percussion le premier soir plus des oeuvres de Gerswhin et Glass; le lendemain, des pièces de leur CD Minimalist DreamHouse, une exploration de l'histoire de la musique minimaliste... en trois parties d'une heure.

Ailleurs dans la grille, Champion et ses G-Strings avec I Musici et, à sa première visite au Festival, le Britannique Gwilym Simcock qui, dit-on, passe sans se faire mal de Chick Corea à Maurice Ravel.

Macy Gray... (Photo: archives AP) - image 4.0

Agrandir

Macy Gray

Photo: archives AP

Voix : Macy Gray

Malgré les succès, l'Américaine ne l'a jamais eu trop facile et ne s'en est jamais cachée: The Trouble with Being Myself...

La voilà dans Jazz Beat avec le saxo David Murray et son Infinity Quartet: un match plein de promesses... et de dangers.

On a hâte de revoir Holly Cole, d'entendre le grandes dames Bettye Lavette et Wanda Jackson (qui a chanté avec Elvis) au Métropolis, de découvrir, à L'Astral, la Coréenne Youn Sun Nah et la Brésilienne Dom La Nena.

Et Serena Ryder et Wainwright, Barlow, Peyroux à la suite à Maisonneuve.

Jubilaires : Wayne Shorter

Le célèbre saxophoniste s'en vient fêter ses 80 ans dans ce qui s'annonce comme une grande soirée: Joe Lovano, Geri Allen, Esperanza Spalding (voir montrealjazzfest.com pour la liste complète).

Parmi d'autres soirées anniversaires: le concert des 20 ans de carrière de Jacky Terrasson, le 10e des Triplettes avec Ben Charest et le Terrible Orchestre de Belleville qui joueront «raccord» pendant la projection du film chez Duceppe, et le tout premier concert ici du nouvel Orchestre national de jazz de Montréal.

Ça fait pas mal de musique... et il y a 120 autres concerts.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer