Du FestiBlues au Festi Jazz

Après Tremblant et Victoriaville, Bobby Bazini ajoute le... (PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Après Tremblant et Victoriaville, Bobby Bazini ajoute le FestiBlues de Montréal (samedi prochain) à sa virée estivale. Pour mettre du monde dans le parc (Ahuntsic), le grand gars de Mont-Laurier compte parmi les meilleurs de l'année.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Lemay
La Presse

Du blues avec un peu de pop à Ahuntsic, du jazz à l'ombre de l'église à Mont-Tremblant, un nouveau festival folk à Saint-Jérôme... Le mois d'Auguste a commencé en trombe avec ce 10e Osheaga présenté à guichets fermés ce week-end au parc Jean-Drapeau où s'installent vendredi les reposants invités de Heavy Montréal: Korn, Extreme et autres Venom Inc.

Sur la grande île, urbaine et bucolique, l'été festivalier musical se poursuit jeudi au grand parc Ahuntsic où débute le 18e FestiBlues international de Montréal, le seul grand festival présenté au nord de la Métropolitaine, rappelle Martin Laviolette, cofondateur et infatigable promoteur d'un événement qui, au-delà de la musique, se démarque par son implication auprès des jeunes de son arrondissement.

Un FestiBlues où, par ailleurs, les têtes d'affiche du spectacle de 21h s'appellent Michel Rivard, Lisa LeBlanc, Bobby Bazini et Alex Nevsky, à qui se joindront en clôture dimanche Patrice Michaud et Karim Ouellet. Bon... Rien contre toutes ces vedettes au talent éprouvé, mais on ne peut pas dire que le blues leur sort par les oreilles...

«Ce festival-là, c'est un combat depuis 18 ans!», lance Martin Laviolette quand on aborde la question du nom et du genre de musique qui s'y rattache. «Si on était à l'extérieur de Montréal, on aurait un budget trois fois plus gros...» Le FestiBlues, présenté par Loto-Québec en collaboration avec Location d'outils Simplex, fonctionne avec un budget d'environ 800 000$. Au cours des dernières années, la pluie a détrempé la billetterie et le festival, qui a failli disparaître, est passé de cinq à quatre jours. «On a déjà présenté 80 shows; là on est à 40...» Le combat...

«À presque 20 ans, poursuit Laviolette qui ne joue aucunement la victime, il faut regarder où on s'en va avec tout ça. Et essayer, entre-temps, d'attirer le plus de monde possible.»

Et le producteur délégué de Montréal en histoires d'expliquer que le FestiBlues n'a jamais été complètement blues, que Bobby Bazini a chanté dans tous les festivals de blues du Québec (Tremblant, Victo, etc.) et que le blues occupe encore le gros de la programmation qui commence tous les jours à 17h.

Ainsi, le festival a demandé à Raphaël Roberge de monter un show de vous savez quoi et gageons qu'il va y avoir pas mal de jouvencelles au parc Ahuntsic pour voir le jeune crack de Mix 4, vendredi soir à 18h. Samedi, le trio français de Daniel Blanc & Co. confirme la dimension internationale de l'événement. Et en français, une langue que les Québécois ont beaucoup de misère à utiliser dans le blues... Pas de grand écart stylistique non plus à 19h30 avec Angel Forrest, Bernard Adamus, Sylvie Desgroseilliers et le Blues Berry Jam (voir festiblues.com pour le programme complet).

Pas mal de blues, finalement, pour 21 dollars 92...

Saint-Jérôme Folk

Un nouveau festival prendra son envol vendredi dans la capitale des Laurentides alors que Gabrielle Papillon et Tire le coyote (Benoît Pinette) offriront les premières prestations de Saint-Jérôme Folk - Musiques métissées/actuelles. Ils seront suivis samedi de Coco Méliès et Salomé Leclerc.

Folk, donc, comme dans «proche des gens», explique le maire Stéphane Maher dans le communiqué du diffuseur En scène qui parle d'une musique «vieille comme l'Amérique», un folk «vaste, vivant, populaire». De Will Driving West à Éric Goulet.

Il faut apprécier le concept: tous les vendredis et samedis du mois d'août, Saint-Jérôme Folk présente un programme double sur la scène extérieure de l'amphithéâtre Rolland, une belle place. Safia Nolin et Richard Desjardins le vendredi 14 août; Canaille et Sweet Grass le lendemain. Voir vsj.ca pour le programme complet... et vivant.

Prix du passeport pour les 8 spectacles/16 concerts: 10$. Bravo, Saint-Jérôme!

Mont-Tremblant Jazz

Plus haut vers le nord, le Festi Jazz Mont-Tremblant déploie à compter de mercredi ce que son programmateur et promoteur Luc Hamel présente toujours comme la seule programmation 100% jazz des festivals québécois.

Avec, toujours, les noms pour le prouver: Guillaume Martineau et Jacques Kuba Séguin, mercredi; Jean-François Groulx, jeudi; Yannick Rieu et Michel Donato, vendredi; Jean Vanasse, Pierre Leduc et Michel Cusson, samedi; Yvan Belleau et sa grosse machine Mix Cités dimanche en clôture. Concerts à 14h, 19h et 21h; «Festi Jam Festif» à 22h30. En plein village à côté de l'église; faites vos croix dans jazzmttremblant.com.

Maxi-jazz, mini-ciment.

À l'agenda

À la lune - Laval fête officiellement ses 50 ans jeudi soir au Centropolis avec le concert Pleine lune, magie ensorcelante de l'Orchestre symphonique de Laval qui accompagnera notamment la soprano Marie-Josée Lord dans Rusalka (Chanson à la lune) de Dvorak. En ouverture: le Cirque Éloize; en clôture: dernière représentation d'Insula - Histoire d'une île.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer