Jeff Koons accusé de plagiat en Ukraine

Seated Ballerina... (PHOTO AFP)

Agrandir

Seated Ballerina

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Kiev

Les internautes ukrainiens se déchainaient jeudi contre le plasticien américain Jeff Koons, qu'ils accusent de plagiat depuis qu'il a dévoilé mi-mai à New York une sculpture gonflable représentant une danseuse assise, copie quasi-conforme d'une figurine d'une sculptrice ukrainienne décédée en 1993.

Seated Ballerina (Danseuse assise) est une sculpture gonflable de 14 mètres de haut juchée depuis le 12 mai au-dessus de la statue d'Hercule qui orne la place du Rockefeller Center, au coeur de Manhattan.

L'icône du néo-pop a expliqué que la sculpture s'inspirait d'une petite figurine de porcelaine russe de la fin du XIXe siècle mais l'oeuvre a fait scandale sur les réseaux sociaux en Ukraine, où on la trouve similaire à une statuette de porcelaine nommée La Ballerine Lenochka, travail de la sculptrice ukrainienne Oksana Jnikroup (1931-1993).

Les internautes ukrainiens se sont déchaînés contre Jeff Koons, l'accusant de plagiat. «M. Koons, vous avez éhontément plagié le travail d'une artiste ukrainienne et l'avez placé dans le coeur de New York. Honte à vous!», dénonce ainsi un internaute sur la page Facebook du sculpteur américain.

«J'espère qu'il a indiqué sa source d'inspiration. S'il l'a oublié, je recommanderais au gouvernement ukrainien de le poursuivre en justice (...) L'Amérique sera surprise de constater que nous n'avons pas que de la corruption et la guerre, mais aussi de l'art», a pour sa part réagi l'artiste ukrainien Oleksandr Roïtbourd sur Facebook.

Les deux oeuvres représentent une ballerine blonde habillée d'un tutu couleur ciel, assise sur un tabouret rose alors qu'elle enfile son chausson bleu clair, les détails et la posture de la danseuse de Koons étant extrêmement proches de la figurine de 19 cm créée par Oksana Jnikroup.

Une collaboratrice de Jeff Koons, Lauran Rothstein, a déclaré par e-mail à l'AFP être «au courant du travail d'Oksana Jnikroup» et «avoir les droits pour l'utiliser dans le travail de M. Koons».

Ce n'est pas la première fois que Jeff Koons est accusé de plagiat. La justice française l'a condamné en mars à des dommages et intérêts, estimant que sa sculpture Naked, représentant deux enfants nus, était la «contrefaçon» d'un cliché d'un photographe français.

Avant cela, Jeff Koons avait été poursuivi à trois reprises pour plagiat et condamné deux fois.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer