Un musée en hommage aux Polonais ayant porté secours aux Juifs

Le musée a été inauguré jeudi à Markowa... (PHOTO AFP)

Agrandir

Le musée a été inauguré jeudi à Markowa par le président Andrzej Duda.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MARKOWA

Le premier musée créé pour rendre hommage à des Polonais ayant porté secours aux Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale a été inauguré jeudi à Markowa par le président Andrzej Duda.

Le président polonais a remis des décorations à leurs descendants, rappelant le «choix dramatique» devant lequel leurs proches avaient été placés. Sous l'occupation nazie, toute aide aux Juifs était passible de la peine de mort.

M. Duda a ensuite planté un arbre dans le «verger de la mémoire» à proximité du musée, en compagnie de l'ambassadrice d'Israël Anna Azari et du descendant d'un des Juifs survivants de Markowa.

Le 24 mars 1944, ce village fut le théâtre de l'exécution de huit personnes: Jozef Ulma, sa femme Wiktoria, enceinte de sept mois, et leurs six enfants. Huit Juifs qu'ils avaient cachés avaient eux aussi été abattus sur place par les gendarmes allemands, suite à une dénonciation.

«Celui qui propage l'antisémitisme piétine la tombe des Ulma, piétine ce pour quoi ils sont morts: la dignité, l'honnêteté, la justice», a déclaré le président Duda lors de la cérémonie d'inauguration.

Faisant allusion aux crimes dont des Polonais s'étaient rendus coupables à l'égard des Juifs, il a appelé à dire «toute la vérité, parfois affligeante, y compris sur la vilenie, car c'est seulement sur la vérité que l'on peut bâtir un futur meilleur».

La maison des Ulma, transformée en musée, a été reconstituée, ses murs peints couleur rouille. Elle abrite maintenant des objets rappelant la répression, une porte avec des traces de balles tirées lors d'une exécution, des photos tachées de sang.

L'institut israélien Yad Vashem a conféré aux Ulma le titre de Justes parmi les nations du monde - qu'ils partagent avec plus de 6600 autres Polonais -, et le Vatican étudie leur béatification.

Le président de l'épiscopat, Mgr Stanislaw Gadecki, et le grand rabbin de Pologne Michael Schudrich, ont récité des prières sur les tombes des victimes juives, puis sur celle des Ulma.

Dans l'assistance deux hommes et trois femmes étaient particulièrement émus: les descendants d'Abraham Segal, le seul survivant des 21 autres Juifs cachés avec succès à Markowa.

Abraham, 86 ans, ne se sentait pas assez fort pour faire le voyage depuis Israël, ont expliqué à l'AFP ses petites-filles, Yael, 31 ans, et Achinoan, de six ans sa cadette.

«Nous sommes ici pour le représenter», a dit Yael à l'AFP. «Nous sommes une grande famille. Ma soeur et moi avons quatre frères, et moi-même j'ai quatre enfants. Si mon grand-père n'avait pas été sauvé, aucun de nous ne serait là».

L'idée de créer un tel musée revient à l'historien Mateusz Szpytma, parent des Ulma et premier directeur de l'établissement.

Elle est souvent évoquée comme un pendant aux révélations sur un massacre de Juifs par leurs voisins polonais survenu en 1941 au village de Jedwabne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer