Collection Gurlitt: accord sur la restitution d'un Pissaro

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Berlin

Un tableau de Camille Pissaro volé par les nazis et retrouvé chez l'Allemand Cornelius Gurlitt, mort l'an dernier, va être restitué aux ayants droit, ont annoncé mercredi les autorités allemandes.

L'oeuvre intitulée La Seine vue du Pont-Neuf, au fond le Louvre (1902), retrouvée chez ce fils d'un marchand d'art controversé sous le Troisième Reich, a «sans nul doute» été dérobée dans le cadre des persécutions liées au régime national-socialiste, affirme un communiqué du ministère allemand de la Culture.

La collection de M. Gurlitt, mort en mai 2014 à 81 ans, comprend 1406 oeuvres dont des Picasso, Monet ou Chagall, sortis de l'oubli en 2012 lors de leur découverte dans l'appartement du vieillard à Munich, ainsi que d'autres dessins ou peintures retrouvés plus tard dans une autre de ses propriétés à Salzbourg, en Autriche, tels ce Pissaro.

Il s'agit de la troisième oeuvre de la collection Gurlitt, annoncée comme étant en cours de restitution, après la Femme assise d'Henri Matisse, tableau volé par les nazis au galeriste Paul Rosenberg, grand-père de la journaliste française Anne Sinclair, et Deux cavaliers sur la plage de Max Liebermann.

«Dans ce cas précis, la recherche scientifique a encore permis de faire la lumière sur l'histoire de l'art spolié par le régime de terreur national-socialiste», a salué la ministre de la Culture, Monika Grütters, citée dans un communiqué.

«Pour la restitution, nous sommes déjà en contact avec l'héritière du propriétaire d'origine», a-t-elle expliqué, sans plus de précision sur leur identité, ajoutant qu'il était «très important que la restitution de cette oeuvre se fasse le plus vite possible».

En novembre, le Musée des Beaux-Arts de Berne, désigné comme héritier de la collection dans un testament de M. Gurlitt, avait accepté cette donation.

En fin de semaine dernière, un tribunal de Munich a reconnu comme valable ce testament contesté par une cousine de Cornelius Gurlitt qui tentait de faire valoir des droits sur l'héritage.

Mme Grütters espère d'ailleurs que cette décision «qui confirme le Musée des beaux-arts de Berne comme héritier» va «bientôt mettre un terme aux contestations sur l'héritage». «Les restitutions (...) pourront alors être menées à bien, à l'abri de toute bataille juridique», a-t-elle souhaité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer