La liste de Valérie Blais

Valérie Blais... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Valérie Blais

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Valérie Blais fera officiellement le grand saut en humour, mardi, sur la scène du Monument-National. La comédienne, qui a commencé le rodage de ce spectacle au printemps 2013, a dû faire face à quelques moments de doute lors de ses premières apparitions dans les bars.

«Ç'a été très difficile. Je suis assez soft, alors passer après un gars qui parle de ses hémorroïdes et faire un sketch sur le bénévolat, disons que ça allait moins bien!», s'amuse-t-elle.

Malgré cette expérience quelque peu déstabilisante, Valérie Blais persiste et signe. «Il s'est vraiment passé quelque chose quand j'ai commencé à jouer dans une salle toute seule. Je vais me rappeler toute ma vie l'accueil du public à Saint-Romuald. Ç'a été comme une révélation pour moi de me rendre compte que les gens venaient me voir, moi», dit-elle avec émotion.

L'humoriste qui se définit avant tout comme une monologuiste a pu compter sur ses complices Marie-Andrée Labbé (auteure), Josée Fortier (script-éditrice et metteure en scène) et Éric Bernier (conseiller à la mise en scène) pour ce spectacle où elle a décidé de revenir sur des thèmes qui lui sont chers: de son absence de grâce à sa pudeur concernant certains sujets comme la sexualité, en passant par les personnes pingres, comme un de ses anciens copains.

«Je raconte aussi mon expérience de bénévole qui s'est vite transformée en un véritable jeu de pouvoir. Je passe aussi un bon moment à parler des générations», précise Valérie Blais.

«J'aime surtout me ridiculiser dans diverses situations et incarner des personnages. Je suis comédienne, alors j'aime parler des autres», ajoute celle qui se dit très inspirée par des humoristes françaises comme Florence Foresti et Murielle Robin. «Mon plus grand rêve est de faire carrière en France!», conclut-elle.

Les choix de notre invitée

MUSIQUE

FORÊT d'Émilie Laforest et Joseph Marchand

«C'est un album que je trouve très original et dont j'aime absolument toutes les chansons, qui était en nomination en 2013 dans la catégorie Album alternatif de l'année. La musique d'Émilie Laforest et de Joseph Marchand est très belle et ce sont tous les deux d'excellents musiciens, en plus d'être un couple dans la vie. Le disque est juste un bel objet!»

LIVRE

Si c'est un homme de Primo Levi

«Il s'agit d'un témoignage qui résume la vie dans les camps, comme le malheur d'avoir la mauvaise paire de chaussures dans un camp de concentration. Ça me fascine de voir comment une société complète peut devenir aliénée, comment tous les principes peuvent prendre le bord. C'est intéressant de voir comment la peur et la fin peuvent mener à la folie des hommes, jusqu'à ce que haïr une ethnie devienne politique. Cet auteur a passé sa vie à parler de ça et il a fini par se suicider.»

CINÉMA

Mommy de Xavier Dolan

«Que dire d'Anne Dorval, qui me fait capoter. Je l'ai même appelée pour le lui dire. C'est fantastique pour une actrice de son âge de voir tout cela s'ouvrir devant elle. Ça réconcilie avec le fait d'être une femme qui vieillit. Et bravo à Xavier Dolan de savoir la mettre si savamment en valeur.»

Le Clou

«Le travail de cette troupe de théâtre pour adolescents est très important. C'est une des dernières troupes itinérantes à donner des spectacles un peu partout et même dans les écoles. À mes débuts, j'ai joué dans Jusqu'aux os et Les Zurbains. Je vous suggère de visiter leur site internet pour connaître les dates des pièces Les Zurbains 2014 et Appels entrants illimitésleclou.qc.ca

THÉÂTRE

Avant la retraite de Thomas Bernhard

«Je veux absolument aller voir cette pièce au Prospero, dans laquelle jouent mes deux grandes amies Violette Chauveau et Marie-France Lambert. Il s'agit de nazis qui célèbrent une fois par an la fête de Hitler en cachette. Quand j'avais 7 ans, j'habitais à Strasbourg avec mes parents et lors de mon premier jour d'école, une petite fille m'a dit: «Moi, mon grand-père mangeait une patate pourrie par jour à Auschwitz». Depuis, tout ce qui a trait à la Deuxième Guerre mondiale me fascine.»

________________________________________

Du 18 novembre au 13 décembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer