Wall Street limite sa baisse face aux inquiétudes venues de Grèce

Wall Street était en très légère baisse mardi à la mi-journée, le marché... (Photo Richard Drew, AP)

Agrandir

Photo Richard Drew, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Wall Street était en très légère baisse mardi à la mi-journée, le marché digérant calmement le manque d'avancées sur le dossier grec et le conflit ukrainien.

Une légère hausse de l'indice principal de la bourse de Toronto était observée en milieu de journée. Le dollar canadien s'appréciait de 0,21 cent US pour coter 80,46 cents US.

---------------------------------

Les marchés vers 12h : 

  • TSX 15 306,50 / 41,69 (0,27%)

  • Dow Jones 18 002,69 / -16,66 (-0,09%)

  • S&P 500 2 095,96 / -1,02 (-0,05%)

  • NASDAQ 4 892,88 / -0,96 (-0,02%)

---------------------------------

«Franchement, je suis surpris de voir le marché réagir aussi bien à une combinaison d'éléments» plutôt négatifs, a reconnu Art Hogan de Wonderlich Securities.

Il citait notamment une nouvelle baisse des prix du pétrole, qui reculent d'un peu plus d'un dollar le baril à New York, et surtout le manque d'avancées dans les négociations entre la Grèce, désireuse d'alléger sa dette, et ses partenaires européens.

En moins d'une semaine, les négociations entre Athènes et les ministres des Finances de la zone euro ont tourné court à deux reprises, avec un nouvel échec lundi. L'enjeu était à chaque fois de trouver comment la Grèce va se financer à court terme, alors que son programme d'aide prend fin le 28 février.

Cependant, malgré ce manque d'avancées, «le marché résiste», a souligné Art Hogan. «Visiblement, on pense que les négociations sur la Grèce vont aboutir à quelque chose».

Certains analystes jugeaient que le marché n'était pas pris de court, que ce soit par le blocage du dossier grec ou la poursuite des combats en Ukraine, malgré l'accord trouvé la semaine dernière entre les dirigeants allemand, français, russe et ukrainien.

«À propos de la Russie et de l'Ukraine, on se doutait déjà qu'il n'y aurait pas un cessez-le-feu complet», a estimé Patrick O'Hare, de Briefing.com.

Pour lui, Wall Street est surtout prudente «à la veille des minutes du comité de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed), dans lesquelles on cherchera attentivement des débats sur la date de la première hausse des taux d'intérêt» de la banque centrale.

La dernière décision de politique monétaire de la Fed, le 28 janvier, était sans grande surprise, la banque centrale s'engageant de nouveau à la «patience» avant de relever ses taux, actuellement

Goodyear monte 

Sur le front de l'économie américaine, le marché a pour l'heure assimilé des chiffres moroses, avec un ralentissement attendu de l'activité manufacturière dans la région de New York, et une baisse du moral des promoteurs immobiliers, selon un indice établi par une fédération du secteur.

Dans les valeurs, le constructeur General Motors perdait 0,81% à 37,32 dollars, après avoir revu à la hausse le nombre de décès liés à un défaut mécanique, qui avait entraîné les rappels tardifs de 2,6 millions de voitures il y a un an.

L'opérateur de plateformes pétrolières Transocean, basé en Suisse, perdait 0,58% à 18,94 dollars sur sa cotation new-yorkaise, après l'annonce du départ immédiat de son directeur général, Steven Newman, et d'une forte réduction du dividende versé aux actionnaires.

Le groupe alimentaire Kraft Foods, déjà pénalisé de près de 3% vendredi après des résultats décevants, perdait 0,40% à 64,16 dollars après l'annonce du départ de son directeur financier.

A l'inverse, le fabricant de pneus Goodyear gagnait 1,89% à 26,40 dollars, après avoir fait état de gros bénéfices l'an dernier, grâce à un crédit d'impôt qui lui a permis de compenser des effets de change défavorables et une baisse des volumes de ventes en Europe.

Waste Management, spécialiste de la gestion des déchets, avançait de 4,72% à 53,71 dollars après avoir annoncé un bénéfice net de 590 millions de dollars au dernier trimestre, jugé meilleur que prévu.

Le marché obligataire perdait du terrain, le rendement des bons du Trésor à 10 ans montant à 2,088 %, contre 2,035% vendredi soir, et celui à 30 ans à 2,691%, contre 2,645% précédemment.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer