Hépatite A: la santé publique appelle à la prudence pour la Fierté

Les célébrations de la Fierté surviennent alors que... (photo Jose Cabezas, reuters)

Agrandir

Les célébrations de la Fierté surviennent alors que la santé publique note une augmentation de cas d'hépatite A au Québec par rapport aux années précédentes.

photo Jose Cabezas, reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une « forte augmentation » des cas d'hépatite A dans la communauté gaie européenne inquiète le Directeur de santé publique de Montréal à la veille de l'arrivée de touristes pour les célébrations de la Fierté dans la métropole.

« Nous anticipons de nombreux participants étrangers et la possibilité d'une augmentation du risque de transmission de l'hépatite A à Montréal », indique le Dr Richard Massé dans un « Appel à la vigilance » envoyé jeudi aux hôpitaux.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a récemment publié un avis concernant une actuelle « éclosion » de la maladie dans 16 pays européens, dont la France, l'Allemagne, l'Espagne et le Royaume-Uni. En un an, les autorités sanitaires ont détecté 1500 cas, « surtout chez les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes », selon l'organisation.

Cette situation était préoccupante dans le contexte du « World Pride Festival LGBT qui s'est tenu à Madrid du 26 juin au 2 juillet, alors que 2 millions de visiteurs étaient attendus », a indiqué la santé publique dans un courriel.

L'organisation a donc cru bon de relayer ces préoccupations au niveau local. Le festival Fierté Montréal 2017 aura lieu du 10 au 20 août prochain.

Et les célébrations surviennent alors que la maladie fait déjà sentir davantage sa présence au Québec. « Nous notons cette année une augmentation de cas par rapport aux années précédentes [en moyenne, moins de 20 cas par an] », a affirmé par courriel l'agente d'information Hélène Perrault, de la santé publique. « Depuis le 1er juin dernier, il y a eu 7 cas d'hépatite A, dont 5 chez des jeunes hommes ayant eu des relations sexuelles avec des hommes (HARSAH). »

COMPLICATIONS POSSIBLES

L'hépatite A est souvent relativement bénigne, mais peut avoir des conséquences graves, a expliqué en entrevue téléphonique le Dr Réjean Thomas, spécialiste des maladies transmissibles sexuellement. Le médecin se trouvait d'ailleurs à Paris pour un congrès mondial sur le VIH/SIDA.

L'hépatite A, « c'est l'hépatite qu'on contracte quand on va en voyage à cause des salades ou de l'eau », a-t-il expliqué.

« Parfois, ça a l'air d'une gastro-entérite sévère - nausée, vomissements. Il y a quand même des cas de décès associés, mais c'est rare. »

- Le Dr Réjean Thomas

« Il faut dire qu'au Québec, depuis plusieurs années, on vaccine beaucoup la communauté gaie contre l'hépatite A », a expliqué le Dr Thomas, alors que « beaucoup de pays en Europe ne vaccinent pas ». Des individus qui ont récemment eu un vaccin comme le Twinrix avant de voyager devraient aussi être protégés.

En plus de la vaccination, le Directeur de santé publique de Montréal recommande aux hôpitaux de « promouvoir les pratiques sexuelles sécuritaires et les mesures d'hygiène de base », dont l'utilisation de protections pour toute relation sexuelle anale.

« Une communication de la DRSP [Direction régionale de santé publique] destinée aux festivaliers est diffusée actuellement afin d'inviter les HARSAH à prendre des mesures de prévention dans le but de protéger leur santé », a ajouté la santé publique.

Selon le Dr Thomas, la transmission de l'hépatite A est plus fréquente dans le cadre d'une relation sexuelle entre hommes que dans le cas d'une relation hétérosexuelle.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer