Quelle vocation pour l'ancien hôpital Shriners?

Selon l'agence immobilière CBRE, des acheteurs très sérieux... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Selon l'agence immobilière CBRE, des acheteurs très sérieux sont en pourparlers pour faire l'acquisition de l'ancien hôpital Shriners, située avenue Cedar, à Montréal.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ancien hôpital Shriners pour enfants est à vendre. Voilà plus de deux ans que les propriétaires, des francs-maçons américains, veulent s'en défaire, soit depuis la construction d'un nouvel hôpital sur le site du campus Glen du Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Le bâtiment déserté en août 2015 - en même temps que l'hôpital Royal Victoria, l'Institut thoracique de Montréal et l'Hôpital de Montréal pour enfants - se cherche de nouveaux propriétaires et une nouvelle vocation.

Selon nos informations, sa vente serait imminente. Un représentant de l'agence immobilière CBRE, dont la pancarte trône devant l'ancienne institution, du côté nord de l'avenue Cedar, a confié à La Presse que des acheteurs très sérieux sont en pourparlers pour en faire l'acquisition et que la transaction pourrait se conclure au cours des prochaines semaines.

Il a toutefois été impossible de savoir à quelle vocation se destine le bâtiment.

Accessibilité des lieux

Dinu Bumbaru, d'Héritage Montréal, déplore le manque de transparence du processus de mise en vente. «Ce serait cavalier de vendre cet hôpital en plein été sans en parler à personne, dit-il. En 2017, ce n'est pas comme ça qu'on fait les choses.»

M. Bumbaru souhaite par ailleurs que cette adresse située sur un site sensible, adjacent au parc du Mont-Royal, conserve sa vocation institutionnelle, accessible au public. L'architecte et philanthrope Phyllis Lambert, fondatrice du Centre canadien d'architecture, est du même avis. Pas question d'en faire des condos ou un hôtel de luxe.

Bien que cet ancien hôpital soit entièrement privé, on peut d'ores et déjà s'attendre à un débat.

«Si on change sa vocation, il y aura obligatoirement une consultation publique», dit Dinu Bumbaru, directeur des politiques d'Héritage Montréal.

D'autant plus que l'immeuble est sur un site classé patrimonial. 

«Cette propriété, de style villa, comprend un terrain de 78 656 pieds carrés et est localisée dans l'arrondissement historique et naturel du Mont-Royal. Elle offre des vues spectaculaires sur le centre-ville de Montréal, le fleuve Saint-Laurent, les montagnes de la Montérégie et les Appalaches. Il est à distance de marche de tous les services offerts par le centre-ville, notamment la station de métro Guy-Concordia», précise l'annonce de l'agence immobilière.

On ajoute que son zonage est institutionnel et que, par conséquent, un projet particulier de construction est requis pour permettre l'usage résidentiel. «Par contre, plusieurs usages commerciaux sont autorisés de plein droit», précise l'annonce.

Mais l'acheteur ne pourra pas agrandir le bâtiment existant. «S'il décide de construire, il devra respecter les limites de l'espace physique qu'occupe l'immeuble actuellement», précise Emmanuelle Rondeau, directrice des communications du Shriners.

Une propriété privée

Marie Lessard, spécialiste du patrimoine urbain, a présidé un groupe d'experts mandaté en 2013 par le gouvernement Marois pour formuler des recommandations au comité interministériel sur la réutilisation des bâtiments devenus excédentaires avec la construction des CHUM et CUSM - le Royal Victoria, l'Hôtel-Dieu, deux pavillons de l'hôpital Notre-Dame, l'Institut thoracique et l'Hôpital de Montréal pour enfants.

Le Shriners ne fait pas partie de cette liste de «bâtiments excédentaires» parce que ce n'est pas un hôpital universitaire et qu'il est privé. Il appartient aux Shriners, membres de la fraternité maçonnique nord-américaine, fondée en 1872 à New York. Une fraternité dont le siège social est à Tampa, en Floride, et qui compte environ 350 000 membres un peu partout dans le monde.

Mme Lessard n'en pense pas moins que son éventuel changement de vocation est «une grosse affaire».

«Idéalement, comme c'est sur la montagne, on espère toujours un usage public, dit-elle. La transaction sera scrutée de près. Les Shriners ne peuvent pas vendre à un promoteur pour faire n'importe quoi. Tout changement de zonage devra être assorti à un projet et soumis à un référendum», explique-t-elle.

Un très long processus à l'issue incertaine qui pourrait décourager de nombreux acheteurs.

***

LE SHRINERS EN BREF

- L'ancien hôpital a été construit en 1925 grâce aux efforts des Shriners. Son déménagement dans des locaux trois fois plus grands, construits au coût de 127 millions, a eu lieu en août 2015, quatre ans après la première pelletée de terre.

- Le nouvel hôpital, d'une superficie de 207 000 pieds carrés, est le seul établissement canadien du réseau Shriners, qui compte 22 hôpitaux pédiatriques. Les autres sont situés aux États-Unis et au Mexique.

- Le Shriners de Montréal traite chaque année plus de 10 000 enfants du Québec et d'ailleurs.

- En 2005 et 2007, la Ville de London avait fait campagne pour qu'il soit déménagé en Ontario, mais les Shriners avaient décidé de le garder dans la métropole.

- Affilié à l'Université McGill, il offre des services orthopédiques pour enfants en anglais et en français.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer