• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Médicaments génériques: «Initiative d'envergure» pour faire baisser les prix 

Médicaments génériques: «Initiative d'envergure» pour faire baisser les prix

Québec s'attend à ce que sa stratégie entraîne... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Québec s'attend à ce que sa stratégie entraîne une baisse de 25 à 40 % du prix des médicaments génériques distribués dans les pharmacies.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Québec prend les grands moyens pour faire baisser le prix des médicaments génériques. Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, lancera prochainement une série d'appels d'offres pour l'approvisionnement du régime public d'assurance médicaments et il demande au Bureau de la concurrence de les surveiller de près.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette... (Photo Jacques Boissinot, Archives La Presse Canadienne) - image 1.0

Agrandir

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette

Photo Jacques Boissinot, Archives La Presse Canadienne

Québec s'attend à ce que sa stratégie entraîne une baisse de 25 à 40 % du prix des médicaments génériques distribués dans les pharmacies. Il en découlera des économies d'environ 300 millions par an pour le régime public.

Dans une lettre envoyée hier, que La Presse a obtenue, le sous-ministre de la Santé, Michel Fontaine, informe le chien de garde des marchés publics d'une « initiative d'envergure » pour réduire le prix des médicaments génériques au Québec.

Le sous-ministre relève qu'un « écart important » subsiste entre le prix de ces molécules au Canada et ceux qui ont cours dans le reste du monde. Il demande au Bureau de la concurrence de suivre avec attention les mesures qu'il déploiera dans les prochains mois.

« En raison de l'ampleur de l'exercice qui sera entrepris et de son impact potentiel sur le marché du médicament générique, nous souhaitons vous en informer à l'avance pour que vous soyez à l'affût des développements qui pourraient survenir sur ce marché », écrit M. Fontaine.

800 millions: Coût annuel des médicaments génériques pour le régime public d'assurance médicaments du Québec.

Le gouvernement Couillard a adopté, l'an dernier, le projet de loi 81 qui lui permet de lancer des appels d'offres pour l'approvisionnement en médicaments génériques. Cette mesure, critiquée par les pharmaciens et l'industrie pharmaceutique, n'avait pas encore été mise en oeuvre à ce jour.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a négocié pendant un an avec les producteurs de médicaments, mais ces pourparlers ont achoppé dans les dernières semaines.

Le ministre va donc mettre à exécution les pouvoirs que lui donne la loi. Selon nos informations, les compagnies pharmaceutiques seront informées d'ici quelques jours du processus d'appel d'offres à venir. Les concours toucheront toutes les molécules dites « multisources », c'est-à-dire fabriquées par plus de trois compagnies.

L'Association canadienne des médicaments génériques s'était opposée au projet de loi 81, l'an dernier. Elle faisait valoir que les coûts au Québec sont déjà les plus bas au Canada et que l'attribution de contrats d'exclusivité au terme des appels d'offres aurait pour effet de donner un monopole à certains fournisseurs.

L'organisme a préféré ne pas commenter le dossier hier, n'ayant pas pris connaissance des intentions du ministre Barrette.

« ÉCONOMIES SUBSTANTIELLES »

Le ministre de la Santé promet depuis des mois de s'attaquer au coût des médicaments génériques. Lors de l'adoption du projet de loi 81, en juin 2016, il a laissé entrevoir des « économies substantielles ».

«Le premier motif de notre démarche était d'obtenir le meilleur prix possible en mettant en concurrence les différents fabricants de médicaments. Dorénavant, le Québec peut s'attendre à réaliser des économies substantielles sur le coût des médicaments requis par la population.»

Gaétan Barrette
lors de l’adoption du projet de loi 81

Des enquêtes de la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ), dont Radio-Canada a fait état l'automne dernier, ont révélé que les Québécois paient beaucoup trop cher pour leurs médicaments génériques. Pour 23 médicaments analysés, l'écart entre le prix d'achat et le prix de vente allait de 63 à 97 %.

Le reportage révélait, par exemple, qu'un pot de comprimés pour combattre le reflux gastrique, payé 3,30 $ par une enseigne pharmaceutique, était revendu plus de 50 $ en magasin.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer