Urgences: mince amélioration de 6 minutes cette année

Dans 10 régions, les durées moyennes de séjour... (Photo Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

Dans 10 régions, les durées moyennes de séjour aux urgences ont diminué ou sont restées les mêmes durant l'année 2016-2017, alors que cinq régions, dont Montréal, ont vu leur attente augmenter.

Photo Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La durée moyenne de séjour aux urgences a été de 15,6 heures dans les hôpitaux québécois en 2016-2017, révèlent les données complètes du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) maintenant disponibles. Il s'agit d'une mince amélioration de six minutes par rapport à l'année précédente. Mais à Québec, on se réjouit du fait qu'il s'agit de la meilleure performance des 10 dernières années pour les hôpitaux de la province.

Quelle attente ?

La durée moyenne de séjour est en fait le temps qu'un patient sur civière passe aux urgences avant d'obtenir son congé ou d'être hospitalisé dans un département de l'hôpital. Il s'agit d'un indice important quand vient le temps de mesurer la performance des urgences. Pour une troisième année consécutive, le Ministère a également mesuré le délai de prise en charge aux urgences, soit le temps qui s'écoule entre la fin du triage du patient et le moment où celui-ci voit un médecin. Ce délai est inclus dans la durée moyenne de séjour des patients.

Durée moyenne de séjour aux urgences au Québec* (EN HEURES)

2007-2008 : 16,5

2008-2009 : 17,1

2009-2010 : 17,6

2010-2011 : 17,6

2011-2012 : 17,2

2012-2013 : 17,5

2013-2014 : 16,7

2014-2015 : 16,7

2015-2016 : 15,7

2016-2017 : 15,6

Délai de prise en charge médicale dans les salles d'urgence du Québec

2014-2015 : 2 h 23 min

2015-2016 : 2 h 19 min

2016-2017 : 2 h 16 min

*Les données présentées ici sont pour l'année 2016-2017 en entier. Au début de la semaine, certains chiffres sur les urgences ont été présentés lors de l'étude de crédits à Québec. Les dernières semaines de 2016-2017 n'étaient toutefois pas incluses dans ces données.

Amélioration, selon Québec

Au ministère de la Santé, on estime que les performances aux urgences se sont améliorées cette année, considérant qu'une augmentation de la fréquentation a été observée et que la clientèle s'est alourdie. En effet, le nombre de patients sur civière a augmenté de 2,8 % cette année, la clientèle de 75 ans et plus a augmenté de 5,9 % et le nombre de patients arrivés par ambulance a subi une hausse de 4,2 %. Trois indices qui permettent de voir que les patients se présentant aux urgences sont des cas de plus en plus lourds.

NOMBRE DE PATIENTS SUR CIVIÈRE (2015-2016 - 2016-2017)

1 173 358 - 1 206 250

NOMBRE DE PATIENTS DE 75 ANS ET PLUS (2015-2016 - 2016-2017)

310 231 - 328 398

NOMBRE DE PATIENTS ARRIVÉS PAR AMBULANCE (2015-2016 - 2016-2017)

507 786 - 529 067

Des régions meilleures que d'autres

Dans 10 régions, les durées moyennes de séjour aux urgences ont diminué ou sont restées les mêmes durant l'année 2016-2017, alors que cinq régions, dont Montréal, ont vu leur attente augmenter. Malgré une légère amélioration en 2016-2017, c'est en Montérégie que la durée moyenne de séjour reste la plus élevée de la province, soit 20 heures.

DURÉE MOYENNE DE SÉJOUR (EN HEURES)

Région 2015-2016 2016-2017

BAS-SAINT-LAURENT  7,7 7,4

QUÉBEC   14,4 14,3

MAURICIE-CENTRE-DU-QUÉBEC  12,3 12,0

ESTRIE  13,6 13,6

ABITIBI-TÉMISCAMINGUE  11,1 10,6

CÔTE-NORD  13,4 12,3

CHAUDIÈRE-APPALACHES  11,3 11,3

LANAUDIÈRE  20,5 18,8

LAURENTIDES  19,7 19,2

MONTÉRÉGIE  20,4 20,0

SAGUENAY-LAC-SAINT-JEAN  10,0 10,1

MONTRÉAL  17,3 17,4

OUTAOUAIS  18,0 18,5

GASPÉSIE  9,8 10,6

LAVAL 16,7 17,6

Bilan mitigé à Montréal

Dans la métropole, sept hôpitaux ont vu leur durée moyenne de séjour diminuer légèrement, dont l'hôpital Fleury et l'hôpital Jean-Talon. Le même nombre d'établissements ont enregistré une hausse de l'attente, dont l'Hôpital général juif, l'hôpital du Sacré-Coeur et l'hôpital Maisonneuve-Rosemont.

Durée moyenne de séjour dans les hôpitaux montréalais (en heures)

Centre hospitalier de St. Mary : 15,6

Hôpital de LaSalle : 22,3

Hôpital général du Lakeshore : 24,7

Hôpital général juif : 14,0

Hôpital de Verdun : 19,8

Hôpital Fleury : 18,0

Hôpital du Sacré-Coeur : 20,2

Hôpital Jean-Talon : 18,8

Hôpital Maisonneuve-Rosemont : 24,2

Hôpital Santa Cabrini : 19,0

CHUM Notre-Dame : 22,2

CHUM Hôtel-Dieu : 18,3

CHUM Saint-Luc : 19,6

Hôpital Royal Victoria : 17,6

Hôpital général de Montréal : 16,3

Note : Les hôpitaux pédiatriques et spécialisés présentent des statistiques qui doivent être analysées séparément.

Les pires établissements

De tous les hôpitaux du Québec, c'est à l'hôpital du Suroît, à Valleyfield, que la durée moyenne de séjour est la plus élevée (26,4 heures). L'établissement fait face à un fort achalandage depuis des années. À quelques reprises cette année, l'hôpital du Suroît a présenté des taux d'occupation aux urgences dépassant les 200 %. Devant la croissance importante de la population dans cette région, le gouvernement a annoncé la construction d'un hôpital à Vaudreuil, qui devrait entrer en activité d'ici cinq à six ans. Parmi les autres établissements qui présentent des durées moyennes de séjour très élevées se trouvent l'Hôpital général du Lakeshore (24,7 heures), l'Hôpital régional de Saint-Jérôme (24,4 heures), l'hôpital Maisonneuve-Rosemont (24,2 heures) et l'hôpital Pierre-Boucher (23,8 heures).

Objectif : 12 heures

Malgré une amélioration de six minutes de la durée moyenne de séjour, la performance des urgences est en deçà de la cible de 12 heures visées par le gouvernement. Au début de la semaine, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a assuré garder le cap vers cet objectif. Le ministre a aussi déclaré que si le temps d'attente n'a pas diminué de façon significative cette année, « il a diminué considérablement par rapport aux 17 heures au moment où [les libéraux sont] entrés en poste », soit en avril 2014. Le ministre a également rappelé avoir injecté 100 millions de dollars avant Noël pour libérer des lits dans les hôpitaux afin de soulager les urgences. Il a toutefois accusé les médecins d'avoir utilisé ces lits pour des opérations chirurgicales non urgentes plutôt que pour soulager les urgences.

Pas assez

Porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé, Diane Lamarre affirme qu'il n'est « pas acceptable dans un pays développé que 20 % des gens attendent plus de 24 heures aux urgences et 5 %, plus de 48 heures ». « En 2016-2017, 20 000 personnes de plus ont quitté les urgences sans avoir reçu de soins. Dans le reste du Canada et les autres pays du Commonwealth, la population vieillit aussi, mais les performances sont meilleures », dit-elle. Mme Lamarre rappelle qu'au cours de la dernière année, le nombre moyen de lits occupés dans des unités de débordement au Québec a augmenté de 29. Or, ces lits ne sont pas comptabilisés dans les statistiques des urgences. « C'est donc dire que la situation est pire que ce que l'on voit », dit-elle.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer