Le Canada autorise le saumon transgénique à la consommation

Le ministre de l'Agriculture assure qu'il serait prêt... (Photo PC)

Agrandir

Le ministre de l'Agriculture assure qu'il serait prêt à manger de ce saumon, rappelant que, déjà, bon nombre de céréales canadiennes sont génétiquement modifiées.

Photo PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lina Dib
La Presse Canadienne
OTTAWA

Un saumon génétiquement modifié a été approuvé pour utilisation dans l'alimentation humaine et animale par Santé Canada et l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

Les deux agences fédérales ont annoncé, jeudi, qu'elles avaient complété des examens scientifiques du saumon AquaAdvantage, la dernière étape à franchir avant qu'il ne se retrouve sur les tablettes des épiceries au pays.

Toutefois, les ministres fédéraux de l'Agriculture et de la Santé assurent que le saumon ne sera pas dans les assiettes canadiennes tout de suite.

«Bien que ce soit le premier produit de cette nature (un animal génétiquement modifié pour consommation humaine), ce ne sera probablement pas le dernier, a souligné la ministre de la Santé, Jane Philpott. Et il est important que les gens sachent que ce sera dans plus d'un an et demi que ce produit viendra sur le marché», a ajouté la ministre.

Entre-temps, le comité parlementaire de l'agriculture et de l'agroalimentaire se penchera sur la question. Le ministre Lawrence MacAulay veut voir un rapport d'ici un an.

Le ministre de l'Agriculture assure qu'il serait prêt à manger de ce saumon, rappelant que, déjà, bon nombre de céréales canadiennes sont génétiquement modifiées. «J'ai mangé toutes sortes de céréales et je pense que je me porte plutôt bien», a-t-il répondu en point de presse, à sa sortie des Communes, jeudi.

Pour ce qui est de la possibilité d'imposer une obligation d'étiquetage à ce saumon, les deux ministres ont refusé de se prononcer sur le sujet. Tout en soulignant que le comité parlementaire pourra se pencher sur ce genre de questions, ils ont rappelé les obligations d'étiquetage sur les aliments en vigueur au Canada.

«Santé Canada exige l'étiquetage de produits s'il y a des risques liés à quelque chose comme un allergène», a indiqué la ministre Philpott. «Comme des arachides», a ajouté son collègue MacAulay.

Le coordonnateur de Vigilance OGM, Thibault Rehn, n'a pas tardé à réagir à l'annonce. «Nous trouvons déplorable que la population québécoise soit désormais confrontée à la commercialisation d'un premier animal GM dans le monde, approuvé au Canada sans aucune consultation et sans études indépendantes. Cela, alors que l'étiquetage des OGM n'est toujours pas obligatoire», a-t-il déclaré dans un communiqué.

«La production de saumon GM menace l'avenir du saumon sauvage de l'Atlantique», a déclaré, dans le même communiqué, Mark Butler, de l'Ecology Action Centre. M. Bulter demande aux épiceries canadiennes de ne pas mettre ce nouveau produit sur leurs tablettes, soulignant que des chaînes d'épicerie aux États-Unis ont pris ce chemin.

Le saumon en cause a été conçu par AquaBounty Technologies pour favoriser une croissance rapide lors des premiers stades de la vie du poisson, en utilisant un gène de l'hormone de croissance du saumon quinnat dans un saumon atlantique.

Le saumon a déjà été approuvé pour utilisation par la Food and Drug Administration des États-Unis après un examen scientifique.

AquaAdvantage a une usine dans la communauté de Bay Fortune, dans l'est de l'Île-du-Prince-Édouard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer