• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Étudiants en santé: «On n'a pas à les convaincre» de l'interdisciplinarité, se réjouit Barrette 

Étudiants en santé: «On n'a pas à les convaincre» de l'interdisciplinarité, se réjouit Barrette

Gaétan Barrette s'est réjoui de voir les futurs professionnels... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Gaétan Barrette s'est réjoui de voir les futurs professionnels du domaine de la santé discuter ensemble des façons de réorganiser les services de soins de première ligne. Sur notre photo, le ministre de la Santé apparaît dans une mêlée de presse mardi dernier.

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les étudiants en sont sortis déçus, mais le ministre de la Santé Gaétan Barrette, lui, s'est réjoui de voir les futurs médecins, infirmières, pharmaciens, psychologues, physiothérapeutes et autres discuter ensemble des façons de réorganiser les services de première ligne en santé, notamment grâce à l'interdisciplinarité.

« À mon époque, à la fin des années 70, c'est un sujet qui aurait été impensable », a avoué M. Barrette à la sortie d'une courte allocution devant des représentants de 27 facultés universitaires du domaine de la santé réunis dans le cadre du Forum de la relève étudiante pour la santé au Québec (FRESQue).

L'interdisciplinarité - ou l'art, pour les différents corps de métiers, de travailler ensemble - y a occupé une bonne part des discussions.

« Je suis content de voir que les jeunes, on n'a pas à les convaincre de ça, s'est réjoui le ministre. Les plus vieux, il faut les convaincre. Pour ma génération, à l'époque, c'était un mur infranchissable. Il y a un bout de chemin qui a été parcouru, et c'est très significatif. »

« Le message que l'on veut envoyer, c'est qu'on est capables de travailler tous ensemble pour améliorer le système de santé », a insisté en point de presse l'une des cofondatrices du FRESQue, Jessica Ruel-Laliberté, étudiante en médecine à l'Université Laval.

RETOUR SUR TERRE

Mme Ruel-Laliberté s'est toutefois dite inquiète de constater que le ministre Barrette semblait déjà avoir réservé un espace sur une tablette pour les recommandations qui émaneront du FRESQue.

« On n'a pas l'impression que nous allons l'inciter à changer ses façons de faire dans les prochaines semaines », a-t-elle indiqué.

Invité à prendre la parole devant les participants après les avoir entendus débattre de plusieurs de leurs recommandations, le ministre s'est dit d'accord avec presque l'ensemble celles-ci, mais il s'est dépêché de ramener le groupe sur terre.

« Vous allez prendre notre place, à nous les politiciens et politiciennes d'aujourd'hui, et vous allez construire le monde que vous voudriez construire comme vous l'exprimez dans vos présentations, mais vous aurez les mêmes contraintes que nous qui vous aurons précédés, qui sont des contraintes budgétaires. »

Il les a ensuite prévenus que leurs propres convictions allaient possiblement évoluer.

« Le financement de tout ça passe par les impôts et les taxes. Ici, dans cette pièce, vous allez probablement tous être un jour dans le fameux "1 %". Les professionnels de la santé finissent presque tous un jour ou l'autre par y être. Et quand vous arriverez là, vous allez tous et toutes, un après l'autre, pour la grande majorité, défendre votre statut financier, et vous n'aurez plus le même discours qu'aujourd'hui. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer