Nouvelles hausses d'au moins 200 millions pour les médecins

Un accord conclu entre le gouvernement Couillard et... (Archives La Presse)

Agrandir

Un accord conclu entre le gouvernement Couillard et les fédérations des spécialistes et des omnipraticiens prévoit que les médecins recevront « minimalement » les augmentations salariales qui seront versées au personnel des secteurs public et parapublic à compter de cette année au terme des négociations.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après avoir encaissé 400 millions de plus que prévu, les médecins sont assurés de toucher un minimum de 200 millions au cours des prochaines années en surplus des hausses salariales que le gouvernement leur a déjà consenties.

Un accord conclu entre le gouvernement Couillard et les fédérations des spécialistes et des omnipraticiens prévoit en effet que les médecins recevront « minimalement » les augmentations salariales qui seront versées au personnel des secteurs public et parapublic à compter de cette année au terme des négociations.

L'existence de cette mesure, communément appelée « clause remorque », a été confirmée par le bureau de la vérificatrice générale, Guylaine Leclerc. Le gouvernement Couillard et les fédérations ont inclus cette clause dans le protocole visant à étaler jusqu'en 2021 une partie des hausses salariales consenties par le gouvernement Charest, initialement prévues pour la période 2010-2015. Ce protocole a été conclu l'an dernier, mais il n'a pas été rendu public.

« Les protocoles d'accord portant sur l'étalement » prévoient que « le renouvellement des ententes pour la période débutant le 1er avril 2015 se fera de façon à accorder minimalement aux médecins omnipraticiens et spécialistes les augmentations salariales qui seront consenties au personnel des secteurs public et parapublic », signale la vérificatrice générale dans son rapport.

Québec et les syndicats sont toujours en négociation au sujet des hausses salariales qui seront versées aux employés de l'État pour les prochaines années. Pour le moment, l'offre du gouvernement Couillard prévoit des augmentations de 3 % en cinq ans - si l'on exclut la relativité salariale, qui ne pourrait s'appliquer aux médecins de toute façon. Ainsi, au minimum, les médecins toucheront 200 millions supplémentaires au cours des prochaines années. C'est ce que vaut une hausse de 3 % dans leur cas. 

Les 200 millions sont un plancher pour deux raisons. D'abord, parce qu'il est acquis que l'offre salariale du gouvernement sera bonifiée. Le premier ministre Philippe Couillard a lui-même confirmé qu'il dispose d'une marge de manoeuvre. « Il est clair qu'un jour on atteint la limite financière du gouvernement du Québec. Cette limite dans ma tête est claire et précise, mais on n'y est pas encore. Il y a encore un peu de place pour faire du progrès », disait-il mercredi.

Ensuite, parce que Québec doit conclure avec les médecins de nouvelles ententes sur leur rémunération puisque les précédentes sont échues depuis le 31 mars. Les fédérations ont au minimum 200 millions en poche avant même d'avoir commencé à négocier. Elles chercheront évidemment à obtenir des hausses supérieures à celles obtenues par le secteur public. Et cela est possible même si les médecins, jusqu'en 2021, donc durant la même période que couvriraient les prochaines ententes, recevront des hausses salariales découlant de l'étalement mentionné plus tôt.

Lors d'un entretien avec La Presse, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a reconnu l'impact de la « clause remorque » sur les finances publiques. Il entend faire en sorte que les fédérations ne lui arrachent pas des hausses supérieures au cours des négociations à venir. 

« Les médecins disent : on a la base du secteur public, et on va négocier pour avoir au-dessus de ça pour les prochaines années. Moi, je peux vous dire que je ne vois aucune justification à aller au-dessus de la base. »

Entre 2010 et 2015, la rémunération des médecins a bondi de 42 % ; les ententes prévoyaient un rattrapage par rapport à leurs collègues du reste du Canada. De leur côté, les employés des secteurs public et parapublic ont touché des augmentations totalisant 7,5 % au cours de la même période.

Le président de la CSN, Jacques Létourneau, juge que « la situation actuelle est indécente ». « D'un côté, le gouvernement dit qu'il faut contrôler la rémunération parce que les finances publiques sont précaires. Mais de l'autre, on comprend que la logique de l'austérité ne s'applique pas de la même façon pour certains. Les médecins ont eu des augmentations importantes et vont avoir exactement les mêmes augmentations qu'on va négocier ! Et à ce que je sache, ce n'est pas eux autres qui sont dans la rue actuellement pour revendiquer », a-t-il affirmé.

6,7
milliards
Rémunération des 20 000 médecins omnipraticiens et spécialistes en 2014-2015, selon la Régie de l'assurance maladie du Québec

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer