Marijuana médicale en Ontario: feu vert au vaporisateur

Les usagers de marijuana thérapeutique pourront utiliser un... (PHOTO BLAIR GABLE, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Les usagers de marijuana thérapeutique pourront utiliser un vaporisateur dans les restaurants, au travail et sur les terrains de jeu, où les cigarettes régulières sont interdites.

PHOTO BLAIR GABLE, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
TORONTO

Les consommateurs de marijuana thérapeutique en Ontario peuvent désormais en toute légalité utiliser des vaporisateurs à peu près partout dans la province.

Le gouvernement libéral de la province a discrètement exempté ces usagers cette semaine d'une loi interdisant l'usage de cigarettes électroniques partout où les cigarettes régulières sont interdites.

Cela signifie que les usagers de marijuana thérapeutique pourront utiliser un vaporisateur dans les restaurants, au travail et sur les terrains de jeu.

La ministre associée de la Santé et des Soins de longue durée, Dipika Damerla, a indiqué que malgré l'exemption pour les usagers de marijuana thérapeutique, les propriétaires de restaurants et les employeurs pourront tout de même leur interdire de fumer dans leurs établissements.

Elle a affirmé que la mesure voulait faire en sorte que les gens malades ou en grande souffrance puissent prendre leurs médicaments prescrits lorsqu'ils en ont besoin.

Jonathan Zaid, le fondateur de Canadians for Fair Access to Medical Marijuana, a dit croire que la réglementation ne changeait pas grand-chose étant donné que les usagers de marijuana thérapeutique pouvaient déjà fumer «à peu près» partout avant que la loi sur les cigarettes électroniques ne soit adoptée en mai.

Il doute fort que le changement amène ces usagers à utiliser en grand nombre un vaporisateur dans les terrains de jeu et les restaurants.

«Tous ceux que je connais qui consomment de la marijuana thérapeutique, dont moi, le font avec discrétion», a fait valoir M. Zaid.

«Ils veulent simplement l'utiliser comme remède pour mieux se sentir, pour avoir une meilleure qualité de vie, et ils ne veulent pas se faire harceler à ce sujet, ce qui signifie aussi qu'il est peu probable qu'ils le fassent dans un espace très public», a-t-il ajouté.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer