Une nouvelle campagne contre la fumée secondaire bat son plein

Une nouvelle campagne contre la fumée secondaire bat son plein alors Québec est... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Une nouvelle campagne contre la fumée secondaire bat son plein alors Québec est sur le point de renforcer son projet de loi sur le tabac.

Pour une neuvième année consécutive, la campagne Famille sans fumée, du groupe Capsana, une organisation à vocation sociale vouée à la promotion de la santé et des saines habitudes de vie, invite les Québécois à faire en sorte que leur maison et leur voiture deviennent des environnements libres de fumée.

La nouvelle porte-parole du groupe, la Dre Christiane Laberge, qui dit privilégier l'information à la coercition, plaide pour que les membres de la famille discutent entre eux d'un plan de match anti-fumée.

Ainsi, suggère-t-elle, si on fait un grand ménage dans la maison et dans l'auto, en faisant disparaître les cendriers, par exemple, l'envie de fumer ou de laisser quelqu'un griller une cigarette à l'intérieur sera moins grande.

Une autre bonne idée, selon la Dre Laberge, est de prévoir l'aménagement d'un endroit pour les fumeurs à l'extérieur du logis mais éloigné de l'immeuble.

Elle signale que fumer sous la hotte de la cuisinière ou sur le seuil de porte sont des gestes qui ne réduisent pas réellement les dangers de la fumée secondaire pour la santé.

Le Québec au dernier rang

Selon l'Enquête de surveillance de l'usage du tabac au Canada, effectué par Santé Canada en 2012, le Québec est la province qui se situe au dernier rang au pays en matière de protection des enfants contre la fumée secondaire.

D'autres études notent que les Québécois âgés de moins de 12 ans sont deux fois plus nombreux à y être exposés que les autres enfants canadiens du même âge et c'est à la maison que les enfants y sont principalement exposés.

Chez l'enfant, l'exposition à la fumée secondaire peut provoquer ou amplifier certains problèmes de santé comme les otites, l'asthme, les rhumes et les pneumonies. Quant aux poupons, ils risquent davantage d'être victimes du syndrome de mort subite du nourrisson.

Alors que l'on parle de cette campagne, la Commission de la Santé et des Services sociaux a commencé la semaine dernière l'étude détaillée du projet de loi 44 sur le tabac.

Flory Doucas, la porte-parole de la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac, a rappelé que des amendements prioritaires aux yeux des groupes de santé bénéficient d'un appui «massif» de la population.

A son avis, le gouvernement est bien placé pour améliorer entre autres son projet de loi afin de protéger davantage les Québécois contre la fumée secondaire et les tactiques de marketing de l'industrie du tabac.

Ainsi, parmi les amendements à surveiller pour bonifier le projet de loi, il est question d'étendre l'interdiction de fumer aux terrains de jeux pour enfants, en tout temps sur les terrains des écoles primaires et secondaires et dans les garderies en milieu familial.

De plus, il est question d'éliminer progressivement les fumoirs et les chambres « fumeurs » dans les milieux de santé sauf pour les CHSLD dans le cas de fumoirs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer