CHUM: le président du C.A. et plusieurs membres démissionnent

Jacques Turgeon, qui a annoncé sa démission hier... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Jacques Turgeon, qui a annoncé sa démission hier après seulement un an en poste, a ensuite pris la parole. « C'est une décision qui était difficile, mais réfléchie », a-t-il expliqué.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après son directeur général, Jacques Turgeon, le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) perd le président de son conseil d'administration. Jean-Claude Deschênes a annoncé vendredi matin sa démission en critiquant l'ingérence du ministre de la Santé Gaétan Barrette dans le processus de nomination du nouveau chef du département de chirurgie.

En solidarité avec ses collègues, le président du Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens, le Dr Paul Perrotte, a également annoncé cet après-midi son départ du C.A. du CHUM. D'autres membres auraient aussi démissionné, mais la direction des communications refuse de dévoiler leur identité.

«Le coeur de ma décision est une non-acceptation de vos interventions intempestives et partiales et d'une situation particulièrement odieuse», peut-on lire dans la lettre de démission que M. Deschênes fera parvenir au ministre Barrette et dont une copie a été remise aux médias ce matin.

«Ces derniers jours, vous avez lié la nomination de M. Turgeon à l'imposition du Dr Patrick Harris comme chef de département. Et le tout est présenté sous le couvert fallacieux d'une décision pour le bien de l'ensemble des directions départementales. Vous gelez ainsi la vie normale de l'établissement», poursuit la missive.

» L'opposition réclame la démission de Barrette 

Jean-Claude Deschênes, qui a pris la tête du CA il y a un an dans la foulée d'une autre crise au CHUM, a annoncé sa démission lors d'une conférence de presse par Skype puisqu'il se trouvait en vacances à l'étranger. « En matière de gouvernance, la responsabilité n'est pas synonyme de soumission », a-t-il déclaré.

Jacques Turgeon, qui a annoncé sa démission hier après seulement un an en poste, a ensuite pris la parole. « C'est une décision qui était difficile, mais réfléchie », a-t-il expliqué.

Selon le Dr Turgeon, le ministre Barrette a exigé qu'il reconduise le mandat du Dr Harris à la tête du département de chirurgie, sans quoi il perdrait son poste à la tête de l'hôpital universitaire.

« J'aurais pu attendre que le ministre ne me nomme pas, je passais GO et je récupérais une très belle somme. En démissionnant, c'est clair que je n'aurai pas de prime. Donc j'ai pris une décision basée sur mes valeurs. »

Cette crise survient alors que six des neuf programmes du département de chirurgie de l'Université de Montréal sont présentement en sursis auprès du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada en raison d'allégations allant de l'intimidation à la mauvaise gestion.

Durant la période des questions des journalistes, une médecin, Élaine Letendre, a pris la parole en appui à son patron démissionnaire. « L'ensemble des médecins du CHUM est consterné par votre démission. Vous êtes le directeur général qui représentait l'excellence », a-t-elle déclaré.

Le Dr Barrette mandatera un comité sur la gouvernance médicale

Les « chicanes » au CHUM ont assez duré, estime le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. C'est pourquoi il nommera sous peu un comité d'experts indépendants chargé de faire le point sur la « gouvernance médicale » au sein de l'hôpital universitaire.

« Le problème vient d'abord et avant tout du mariage de trois cultures différentes, le mariage sera consommé lorsque les trois hôpitaux auront déménagé dans le nouveau site », a-t-il expliqué.

En entrevue avec La Presse, le ministre Barrette a indiqué qu'il n'avait jamais imposé au Dr  Turgeon de nommer le Dr Patrick Harris à la tête du département de chirurgie, à défaut de quoi il perdrait son poste. « C'est son interprétation », a dit le ministre Barrette.

Le ministre reconnaît toutefois avoir dit qu'il s'est opposé lundi au fait que le candidat choisi par le comité de sélection du CHUM, le Dr Michel Carrier, occuperait deux postes à temps plein : chef du département de chirurgie et un poste à l'Université de Montréal.

Il dit aussi avoir reçu une lettre qui soulevait des questions sur le manque d'impartialité du comité de sélection.

Le ministre dit qu'il est aussi intervenu dans un premier processus de sélection en octobre lorsqu'il a découvert que le candidat choisi pour prendre la tête du département de chirurgie était « lié, mais pas l'objet » d'une enquête policière pour fraude administrative. Il s'est avéré depuis que le candidat n'avait aucun lien avec le crime allégué.

Live Blog Point de presse de la direction du CHUM
Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer