Exclusif

La reine de l'homéopathie chassée de l'Ordre des pharmaciens

Michèle Boisvert est la fondatrice du fabricant Homéocan,... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Michèle Boisvert est la fondatrice du fabricant Homéocan, une multinationale qu'elle dit implantée dans 13 pays auprès de 10 000 clients.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La reine québécoise de l'homéopathie, une pharmacienne qui s'est bâti un empire international multimillionnaire en se moquant des règles encadrant sa profession, a été chassée de son ordre professionnel et condamnée à de lourdes amendes, hier.

Confrontée à une preuve écrasante, Michèle Boisvert s'était entendue avec le syndic de l'Ordre des pharmaciens pour plaider coupable à neuf chefs d'infraction. La présidente fondatrice du fabricant Homéocan a toutefois paru agacée de le faire sous le feu des projecteurs.

«Vous n'avez pas autre chose à faire?», a-t-elle lancé d'un air agacé lorsqu'elle a aperçu deux représentants de La Presse avant le début de son audience disciplinaire.

La femme d'affaires a reconnu que dans de nombreuses campagnes de publicité imprimées, en ligne ou télédiffusées, elle avait permis à une entreprise commerciale (la sienne) d'utiliser son statut de pharmacienne pour promouvoir ses produits commerciaux, ce qui est interdit par le Code de déontologie des pharmaciens.

Elle a aussi permis que soient annoncés en son nom des produits non accompagnés des mises en garde et nuances obligatoires.

Elle a aussi avoué avoir diffusé à la télévision une publicité trompeuse commençant ainsi: «Ici Michèle Boisvert, pharmacienne. Chaque année, on estime que les adultes attrapent de deux à cinq grippes.» Or, même si la pharmacienne disait s'être basée sur «une recherche sur internet», aucune statistique officielle n'approche même de ces chiffres.

Mme Boisvert s'est défendue en prétextant qu'elle voulait plutôt parler de rhumes, pas de grippes, et qu'elle avait commis un lapsus involontaire.

L'erreur était toutefois opportune puisqu'elle s'inscrivait justement dans une campagne promotionnelle pour un «casse-grippe» homéopathique de sa fabrication.

À la tête d'une multinationale

Pharmacienne depuis 1965, Michèle Boisvert est reconnue comme la première représentante de sa profession à avoir proposé en magasin des remèdes homéopathiques, un concept fortement contesté par la communauté médicale.

Elle a fait croître son entreprise de fabrication de remèdes, Homéocan, jusqu'à ce qu'elle devienne une multinationale qu'elle dit implantée dans 13 pays auprès de 10 000 clients.

Bien que ce soit interdit, elle a souvent utilisé son statut de pharmacienne pour promouvoir ses produits. «Ma crédibilité, je l'établissais sur mon statut de pharmacienne», racontait-elle dans une entrevue à l'Agence QMI en 2013, pour expliquer le succès de ses produits en pharmacie.

Elle a aussi signé des chroniques dans le journal Métro en s'identifiant comme pharmacienne, dans lesquelles elle vantait des produits fabriqués par son entreprise.

Avertie à répétition

Pendant longtemps, Michèle Boisvert a bénéficié de la tolérance et de la patience de son ordre professionnel, même si les demandes d'enquêtes à son endroit ne cessaient de se multiplier.

«Ce n'est pas la première fois que les questions de publicité sont soulevées avec Mme Boisvert. Elle a eu des chances de corriger sa conduite et ça n'a pas été fait», a mentionné l'avocat du syndic, Me Philippe Frère, lors de l'audience d'hier. Celui-ci a souligné combien il est rare que l'Ordre des pharmaciens soit confronté à de tels manquements à la déontologie.

Dès les années 70, Michèle Boisvert avait été réprimandée pour des manquements en matière de publicité. En 1994, le syndic l'avait de nouveau avertie, mais comme elle avait semblé corriger ses pratiques, aucune plainte disciplinaire n'avait été déposée.

En 2005, le syndic lui a de nouveau écrit, en lien avec quatre demandes d'enquêtes reçues par l'ordre, au sujet de l'utilisation de son statut de pharmacienne à des fins commerciales dans des publicités. Le syndic concluait qu'elle enfreignait les règles, mais comme l'affaire commençait déjà à dater, on lui avait laissé (encore) une chance.

En 2010, à la suite de nouvelles demandes d'enquêtes reçues en 2008 et 2009 pour les mêmes offenses, le syndic a haussé la menace d'un cran: si elle continuait d'enfreindre son code de déontologie, on finirait vraiment par la traîner devant un comité de discipline, l'avait-on prévenue.

Les trois nouvelles demandes d'enquêtes reçues en 2012 et 2013, provenant d'un étudiant en pharmacie, d'une infirmière et de la syndique adjointe elle-même, ont été les gouttes qui ont fait déborder le vase.

Démission et amendes

En plaidant coupable, Mme Boisvert a accepté de démissionner «irrévocablement» de l'Ordre des pharmaciens et d'acquitter des amendes de 17 000$.

Elle doit aussi effacer de l'internet toutes les publicités pour ses produits dans lesquelles elle utilise le statut de pharmacienne. La chose devait normalement être faite avant l'audience, mais à la grande surprise du syndic de l'ordre, le nettoyage n'avait pas été complété hier.

Mme Boisvert a été avertie par le Conseil de discipline qu'elle doit obtempérer d'ici ce matin, sans quoi elle s'exposera à des poursuites pénales pour exercice illégal de la profession de pharmacienne.

Le syndic de l'ordre a accepté de retirer deux autres chefs d'infraction qui pesaient contre Mme Boisvert, soit le fait d'avoir diffusé des publicités fausses ou trompeuses sur l'efficacité de ses produits homéopathiques.

Mme Boisvert n'a pas souhaité accorder d'entrevue dans le cadre de cet article.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer