Cigarettes électroniques: le gouvernement fédéral incité à agir

Lundi, la ministre fédérale de la Santé Rona... (Photo: La Presse)

Agrandir

Lundi, la ministre fédérale de la Santé Rona Ambrose a dit avoir demandé au comité permanent sur la santé d'étudier les risques et avantages potentiels de la cigarette électronique, et d'en appeler aux experts pour obtenir leur avis.

Photo: La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Ottawa

La Fondation des maladies du coeur et de l'AVC réclame que le gouvernement fédéral agisse rapidement pour réglementer les cigarettes électroniques, à l'image des normes en place pour les produits du tabac.

Un porte-parole de l'organisme, Manuel Arango, croit que ces gestes devraient comprendre l'interdiction de l'utilisation des cigarettes électroniques dans les endroits publics et les lieux de travail, en plus de ne pas autoriser leur vente par des détaillants ne pouvant pas vendre de tabac.

Selon lui, les jeunes gens ne pouvant pas acheter de tabac en vertu de la loi ne devraient pas non plus pouvoir se procurer ces appareils à pile, qui ne contiennent pas de tabac, mais qui peuvent être employés pour chauffer une solution de nicotine liquide, produisant une vapeur que l'on respire ensuite.

Lundi, la ministre fédérale de la Santé Rona Ambrose a dit avoir demandé au comité permanent sur la santé d'étudier les risques et avantages potentiels de la cigarette électronique, et d'en appeler aux experts pour obtenir leur avis.

Certains estiment que les gadgets peuvent être employés par des gens désireux d'«écraser». Les cigarettes électroniques, fortement populaires, sont largement disponibles, et ce même si Santé Canada n'en a approuvé aucune en vertu de la Loi sur les aliments et drogues.

Pour M. Arango, une étude parlementaire est la bienvenue, mais celle-ci ne devrait pas trop traîner en longueur. À ses yeux, Ottawa pourrait présenter des propositions au début de 2015.

Aux dires de la fondation, des études portent à croire que jusqu'à 18 pour cent des élèves du secondaire n'ayant jamais fumé ont essayé la cigarette électronique, et 31 pour cent ont dit être intéressés à se laisser tenter.

Les craintes tournent autour de la possibilité que les jeunes essayant les cigarettes électroniques puissent en venir à se tourner vers les produits du tabac traditionnels. Certaines marques de cigarettes électroniques ressemblent au produit habituel, bout rougeoyant en prime.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer